Communiqué



Printemps autochtone d’Art

5 Mai 2013 - Printemps autochtone d’Art
Une production d’Ondinnok
Multi événement autochtone d’Art, Maison de la culture Frontenac du 30 avril au 8 juin 2013.


Trois courtes pièces rassemblées dans un même spectacle, où le désir d’échapper au silence, à la perte des racines et à la folie nous projette dans des mondes fulgurants. Les Bougalous de Jacinthe Connolly de la communauté innue de Mashteuiatsh, Le tambour du temps de Dave Jenniss de la communauté malécite de Viger et Métusse de Véronique Hébert de la communauté attikamek de Wemotaci. Trois nouvelles voix autochtones à découvrir.

Mot de la direction artistique :
Dans une volonté de rapprochement, Ondinnok invite le grand public, particulièrement les gens des communautés culturelles, à entamer un dialogue à travers l'art avec le monde autochtone d'aujourd'hui. Nous avons eu la saison dernière cette intuition de la nécessité d'un Printemps autochtone d'Art. Aujourd'hui, quatre vents de changement soufflent. Le mouvement Idle No More qui traduit le ras-le-bol des Premiers Peuples du Canada face au maintien des politiques coloniales. La récente reconnaissance par la Cour suprême du Canada des Métis en tant que Premier Peuple. La venue à Montréal du 24 au 27 avril de la Commission de vérité et réconciliation sur les séquelles des abus commis dans les pensionnats auprès des autochtones du Québec. Le quatrième vent de changement, c'est le Printemps autochtone d'Art et ses artistes qui prennent place à la Maison de la culture Frontenac du 30 avril au 8 juin. Prise de possession du lieu, portes ouvertes sur l'âme et la présence qui transcendent l'invisibilité culturelle des autochtones au sein de la métropole. Nous, les artistes des Premières Nations, pour la suite du monde et pour que le dialogue se continue dans l'avenir, nous rêvons d'une ambassade culturelle. Une maison de la culture des Premiers Peuples à Montréal dont cet événement est un heureux présage.
Vive le Printemps autochtone d'Art d'Ondinnok!
- Yves Sioui Durand directeur artistique
...

Exposition
30 avril au 8 juin, du mardi au dimanche
Akakonhsa' - Fabuleux dédoublements
30 avril : lancement de l'évènement et vernissage de 17h à 19h


Pour cette exposition, la vision de jeunes artistes amérindiens des arts visuels du Québec est convoquée. Des rencontres avec des artistes autochtones majeurs, permettront la découverte des « fabuleux dédoublements» que portent les récits mythiques amérindiens. Le commissaire Guy Sioui Durand y accueillera le public au cours de six visites guidées.

L'autochtone est un être dédoublé, comme partout sur la terre mère, son quotidien s'est compliqué. En simultané, il tente de concilier traditions et modernité. Les dualités imaginaires comme l'envers du Blanc sont légions : tantôt noble aborigène, tantôt maudit sauvage. On le perçoit, ou bien autochtone spirituellement holiste ou victime de tous les maux de la société moderne. À ces faces qui se dédoublent, opposons d'autres Fabuleux Dédoublements. Aux créateurs aînés qui ont ouvert les sentiers de l'art, se joignent celles et ceux des générations d'artistes autochtones qui s'y sont engagés aujourd'hui. Ils introduisent l'excès et le retournement des situations pour assurer l'équilibre des choses.
- Guy Sioui Durand Commissaire

Artistes :
Eruoma Awashish, Domingo Cisneros, Hannah Claus, David Garneau, Lydia Mestokosho-Paradis, Kent Monkman, Norval Morrisseau, Nadia Myre, Sylvie Paré et Robert Laliberté, Mike Patten, Virginia Pésémapéo Bordeleau, Diane Robertson, Sonia Robertson et Sophie Kurtness


+


Théâtre
L'écorce de nos silences
jeudi 2, vendredi 3 et samedi 4 mai à 20 h

Gratuit laissez-passer disponible sur place à la Maison de la culture Frontenac ou réservation par Internet à partir du jeudi 18 avril.


Trois courtes pièces sont rassemblées dans un même spectacle, où le désir d'échapper au silence, à la perte des racines et à la folie, nous projette dans des mondes fulgurants. Trois nouvelles voix autochtones : celles de Jacinthe Connolly (Les Bougalous), de Dave Jenniss (Le tambour du temps) et de Véronique Hébert (Métusse). Une mise en scène de Clément Cazelais. Chaque représentation sera suivie d'une discussion avec l'équipe.

Sous l'écorce il y a des blessures et des plaies causées par les années d'assimilation et d'extinction culturelle des nations autochtones. Ces plaies accumulées depuis des décennies font mal, enfermées sous l'écharpe du silence. Le désir de laisser parler le tambour devient pressant. Le pouvoir de soulever l'écorce malgré la douleur, de révéler les secrets malgré les interdits, de dire ce qui se cache derrière le silence, ouvre la voie à la guérison. L'art du théâtre permet de faire entendre les battements de leurs coeurs dans le cercle sacré du partage.
Clément Cazelais, metteur en scène

Les Bougalous de Jacinthe Connolly Innue
Joyce, une mère innue, veut lever le silence entretenu sur le fléau de la dépendance aux drogues dans sa communauté et dont son fils est prisonnier. Victime d'hallucinations jusqu'à la psychose, Jordan est terrorisé par la vision de ses bougalous (petits être vêtus de peaux d'animaux au langage étrange) qui le poursuivent jour et nuit.

Le tambour du temps de Dave Jenniss Malécite
Un jeune malécite de la grande ville revient au camp de chasse de son enfance sur les rives du Fleuve St-Laurent pour retrouver la mémoire perdue de ses ancêtres. Il veut combler son impuissance à transmettre à sa fille les traces de ses origines. A la tombée de la nuit, l'esprit de son père-Ours et celui de son grand-père-Loup lui apparaissent dans la cabane avec leurs histoires, leurs rêves de chasse et de pêche et leurs combats pour la survivance.

Métusse de Véronique Hébert Atikamekw
Irène, une chamane atikamekw meurt dans les bras de sa petite-fille Métusse. Respectant les volontés de sa grand-mère d'être enterrée dans le territoire, là où elle est née, elle brave l'interdiction imposée par les autorités au service de l'Empereur de la Tour qui empêchent les autochtones de retourner dans le territoire ancestral.

Production : Mise en scène Clément Cazelais Comédiens : Charles Buckell, Marco Collin, Yvon Dubé, Cassandre Émanuel, Natasha Kanapé Fontaine, Dave Jenniss, Anissa Lahyane, Émilie Monnet et Jean Régnier Concepteurs : Thomas Godefroid, Julie-Christina Picher, Catherine Dacjzman


+


Lecture publique
L'ombre déchirée
mardi 7 mai à 20 h

Gratuit
laissez-passer disponible sur place à la Maison de la culture Frontenac ou réservation par Internet à partir du mardi 23 avril.

Un texte dur. Un face à face avec soi-même sans compromis. Personnages insolites en dérive au le bout de la vie. Soyez audacieux et venez découvrir une voix qui résiste aux échos des pensionnats. L'ombre déchirée est l'histoire de Napeu. Il profane les lieux religieux de Montréal et enlève kakussesh. Il va lui soutirer toutes les reponses par la torture et la manipulation. Kukum, grand-père et Napess vont faire revivre les démons de Napeu. Jusqu'où?
Auteur : Marco Collin, Innu. Une mise en lecture de Clément Cazelais.

Comédiens : Charles Bender, Natasha Kanapé Fontaine, Anissa Lahyane, Jean Régnier, Victor Andres Trelles Turgeon et la participation spéciale de Uapeshkuss Thernish.


+


Cinéma
Mesnak
mercredi 8 mai à 19 h 30

Gratuit
laissez-passer disponible sur place à la Maison de la culture Frontenac ou réservation par Internet à partir du mercredi 24 avril.

Si vous n'avez pas encore vu le film Mesnak ou si vous voulez le revoir, ne ratez pas ce rendez-vous. Autochtone urbain dans la vingtaine, Dave, adopté par des québécois à Montréal retourne dans la réserve où il a vu le jour, à la recherche de sa mère biologique. Il ravive ainsi un passé douloureux marqué par le mensonge et le secret. Une tragédie toute shakespearienne ancrée dans la réalité autochtone d'aujourd'hui. La projection sera suivie d'un échange avec le réalisateur, Yves Sioui Durand et quelques comédiens du film.

Mesnak a été présenté dans plus de 24 festivals nationaux et internationaux, il a reçu trois prix majeurs et plusieurs mentions donc : meilleur film, meilleurs acteurs à l'American Indian Film festival de San Francisco, meilleur film, meilleure réalisation au SWAIA de Santa Fe, meilleure actrice et meilleur réalisateur au Dreamspeaker d'Edmonton, nominé pour meilleure actrice de soutien au Jutras.

Réalisé par Yves Sioui Durand et mettant en vedette Victor Andres Trelles Turgeon, Eve Ringuette, Kathia Rock et Marco Collin.

Co-producteurs Les Films de l'Isle et Kunagan production


+


Conférence-performative
Oki, Manitous et Esprits
jeudi 9 mai à 19 h 30

Gratuit
laissez-passer disponible sur place à la Maison de la culture Frontenac ou réservation par Internet à partir du jeudi 25 avril.

Le commissaire Guy Sioui Durand, accompagné de ses invités, convoquent les esprits fabuleux des mythes passeurs, les êtres mystérieux des croyances ancestrales, les masques à travers une fable, un récit de l'évolution des quinze dernières années de l'art autochtone ici au Québec, mais aussi au Canada et à travers les grands évènements d'art du monde. Une rencontre ludique, vivante, imprévisible avec des démarches artistiques puissantes.


+


Atelier
Sur l'approche théâtrale d'ondinnok

Réservation requise : 514-593-1990
vendredi 10 mai de 9 h 30 à 12 h 30

Ondinnok ouvre les portes de son studio du 2025 rue Parthenais local 306, à l'usine Grover pour offrir un atelier d'initiation à son approche de création théâtrale. Un travail sur les archétypes et le lien avec les ancêtres.
Sous la direction de Catherine Joncas et Yves Sioui Durand


+


Cabaret
Je vous répondrai par la bouche de nos poètes
Samedi 11 mai à 20 h

Réservation et billetterie à partir du jeudi 11 avril au 514-692-3304 ou par Internet (ondinnok_adm@bellnet.ca)
coût du billet 25$ (txs. incl.)

Maison de la culture Frontenac,
2550 rue Ontario Est Montréal, H2K 1W7

Pour toutes les activités gratuites les laissez-passer sont disponibles deux semaines avant la date de l'activité à la Maison de la culture Frontenac ou sur le site http://www.accesculture.com . Uniquement les Amis de Frontenac peuvent réserver par téléphone au 514 872-7882.

Venez découvrir nos poètes autochtones qui osent un portrait pluriel, choral et sans fard de leurs mondes. Il y a la nécessité de cette parole et son affranchissement du silence. La poésie monte toujours aux barricades comme une lutte contre la décadence du temps imposé. Urgence en ce printemps. Le cabaret poétique sera une soirée pleine de vitalité où la parole est portée à l'incandescence. Si, en à une autre époque, le conte Louis Buade de Frontenac, gouverneur général de la Nouvelle-France, avec un vif accent du Sud de la France, disait : « Je vous répondrai par la bouche de mes canons! ». Par un curieux renversement de l'histoire, nous, qui sommes chaleureusement accueillis dans sa maison de la culture dans l'air de ce printemps autochtone : « nous vous répondons par la bouche de nos poètes! »

José Acquelin et Yves Sioui Durand co-metteurs-en-scène

José Acquelin poète, Joséphine Bacon, Manon Nolin, Natasha Kanapé Fontaine poètes Innues, avec les acteurs Charles Bender, Charles Buckell, Catherine Joncas, Anissa Lahyane, Émilie Monnet, la chanteuse Innue Kathia Rock, le conteur / chanteur Micmac Robert Seven-Crows, le jeune pianiste Innu Uapesskush Thernish, la danseuse chorégraphe Mexicaine Leticia Vera, le groupe Kawandak composé de la chanteuse Rachel Bonneau, de Sylvain Provost à la guitare, de Claude Lavergne à la batterie, sous la direction de Normand Guilbeault à la contrebasse.

Textes de José Acquelin, Joséphine Bacon, Natasha Kanapé-Fontaine, Naomi Fontaine, Manon Nolin, Mélina Vassiliou, Marie-Louise Niquay, Marceline Boivin Coocoo, Virginia Pésémapeo Bordelea, Minnie Nayoumealuk.

Production : Conception de la lumière et régie Thomas Godefroid, sonorisation et régie Jean-Luc Thiévent, direction technique et régie de scène Christian Gagnon.


+


Toutes les activités sont gratuites, à l'exception du Cabaret.
2550, rue Ontario Est, Montréal (métro Frontenac)
INFO : 514-872-7882
http://www.ondinnok.org


Source : Ondinnok







< - RETOUR - >