Communiqué



11e Festival du Jamais Lu

7 Avril 2012 - 11e Festival du Jamais Lu du 4 au 11 mai 2012 :
entendre les nouveaux auteurs de théâtre pour prendre le pouls de son époque!


«La perfection nous intéresse peu. Ce qui prime, c’est le contenu,
la forme, la nécessité de dire et la pertinence du propos.»

Marcelle Dubois, directrice artistique et générale du Festival du Jamais Lu

La question éditoriale du 11e Jamais Lu : où est-ce qu’on est?
Aussi frondeur que constructif, le Festival du Jamais Lu fait découvrir au public de nouvelles voix théâtrales témoignant de l’effervescence de l’écriture scénique au Québec et dans la francophonie depuis maintenant 11 ans! La seconde décennie festivalière s’ouvre sur l’actualité sociale, politique et culturelle du printemps, avec sa question éditoriale Où est-ce qu’on est? Où nous situons nous collectivement, individuellement, intimement? Qu’est-ce que ce fameux «ici et maintenant» dont tout le monde parle? Encore une fois, le Jamais Lu fait connaître les préoccupations et les tangentes artistiques de la relève théâtrale. En programmant différentes voix dramaturgiques qui nous proposent de voir le monde sous autant de facettes, le festival offre une diversité garante d’une vigilance des plus essentielles. Et c’est Aux Écuries qu’on vient prendre le pouls de notre époque!

Le Jamais Lu chez lui!
Espace de liberté et d’expérimentation, le Jamais Lu est désormais doté d’un lieu physique, véritable bastion pour les empêcheurs de tourner en rond : le théâtre Aux Écuries! L’équipe du Jamais Lu est une des entités fondatrices du nouveau théâtre (avec cinq compagnies théâtrales) et c’est avec fierté que le festival s’installe enfin chez lui. Pour l’occasion, les Écuries s’aménagent en cabaret, ouvrent le bar et respirent la convivialité qui fait la marque du festival! Avec ses salles récemment inaugurées, le théâtre permet au Jamais Lu de prendre une envergure dont témoigne la programmation foisonnante de la 11e édition.

Une codirection artistique pour cette 11e édition
Nouvelle décennie, débarquement Aux Écuries et congé de maternité sont autant de prétextes pour oser un renouvellement artistique : la direction artistique du 11e Jamais Lu est assumée en tandem par Marcelle Dubois et Jean-François Nadeau, auteur et comédien particulièrement sensible aux questions politiques. Cette codirection renforce la volonté du festival d’engager les auteurs à prendre la parole sur la place publique et à s’inscrire activement dans la société contemporaine. Le 11e Jamais Lu, c’est à la fois le refus du consensus, et l’émotion liée à la fraîcheur des textes présentés pour la première fois devant public.

Une programmation diversifiée, jubilatoire, ouverte et critique!
Les textes inédits qui seront entendus au festival ont été sélectionnés pour la singularité de l’écriture de leurs auteurs et de leur réflexion sociale. Et par leur approche dramaturgique, chacun pose à sa manière la question Où est-ce qu’on est? Manifestation littéraire et théâtrale, le 11e Jamais Lu rassemble trente-deux auteurs au travers de huit lectures théâtrales de textes inédits, deux oeuvres jeune public, quatre soirées spéciales et «décloisonnantes», deux rencontres autour de la dramaturgie.

Soirée d’ouverture : Lettres ouvertes/poings fermés

Le coup d’envoi du 11e Jamais Lu se veut mordant, assumé et engagé! La soirée orchestrée par Louis Champagne fait écho à l’actualité effervescente du printemps à grands coups de lettres ouvertes réelles ou imaginées. Pour livrer ces prises de parole en directe, 6 auteurs-comédiens feront jaillir sur scène des mots qui prennent position, dans une folle ambiance faite de cris, d’aspirations et de garnotte. L’indignation sera joyeuse!

Les lectures théâtrales
Au Jamais Lu, on vient entendre les nouveaux auteurs et leurs textes frais et inédits dans une proximité émouvante : les textes sont lus par des comédiens qui s’approprient les mots des auteurs avec passion. Un texte de théâtre peut prendre parfois plusieurs années avant de devenir une production complète; le Jamais Lu nous offre un accès brûlant et unique à l’écriture dramatique.

Où est-ce qu’on sera avec cette 11e édition?
. Sur la Plaza de Côte-des-Neiges, avec des rêves, des immigrants et l’humour tendre d’Emmanuelle Jimenez.
. Dans une église réinventée où nous est livrée une homélie on ne peut plus contemporaine et grinçante avec La messe en 3D d’Annick Lefebvre.
. En pleine désillusion et au coeur de l’ombre humaine avec le mauvais goût de Stéphane Crête.
. En dessous de vos corps, je trouverai ce qui est immense et qui ne s’arrête pas, soit en pleine guerre de frères de sang avec une adaptation libre et débridée de Britannicus par Steve Gagnon.
. Dans la vraie découverte de la relève et d’une langue poétique avec Qui file de Camille Roy, lauréate de l’Égrégore, un concours du RIASQ.
. Dans une étrange fascination pour la misère de l’ailleurs avec Le mécanicien de Guillaume Corbeil.
. Quelque part entre le vrai et le faux qui façonnent la mécanique théâtrale et interrogent notre rapport aux conventions sociales avec Le monde sera meilleur d’Édith Patenaude.
. Dans une langue tranchante donnant voix à des corps perdus et autodestructeurs dans Les morb(y)des de
Sébastien David.


Lectures jeune public
Le Jamais Lu présente également deux lectures théâtrales de textes jeune public, dont un projet spécial de médiation avec les élèves de 6e année de la classe de Germain Landry, à l’école Saint-Grégoire-le-Grand. Accompagnés par le dramaturge Pascal Brullemans, les élèves, dans un work in progress de trois mois, ont écrit leur propre pièce, qui sera mise en lecture avec des comédiens professionnels : Les couleurs d’Amy. Le lendemain, on visite le désir de changer le monde d’une jeune adolescente, coincée dans son village banal, dans Statu Quo de Gilles Poulin-Denis, originaire de Saskatchewan.

Carole et Lise reçoivent : un salon littéraire participatif sur le thème des générations
Le public est convié à un potluck de nourriture et d’idées lors du salon littéraire participatif Carole et Lise reçoivent.
Carole Fréchette et Lise Vaillancourt invitent 60 personnes à les rejoindre pour parler du thème des générations autour d’un repas. L’entrée est gratuite, il faut simplement apporter un plat et un court texte de 50 mots sur le sujet. Hautement conviviale, la soirée tentera de cerner un Où est-ce qu’on est? plus social et intergénérationnel dans un débat commun, ouvert, formateur et rare.

Soirée crépusculaire : Testaments, cartes de souhaits et mémos
De nature aventurière, le Jamais Lu cherche toujours à donner place à différentes formes de paroles contemporaines et propose cette année une soirée crépusculaire sous la direction de Larissa Corriveau. Poètes, performeurs, dramaturges, comédiens et musiciens s’entremêlent et viennent nous lire leurs Testaments, cartes de souhaits et mémos. Ici, c’est l’intime qui est pointé du doigt et le poétique qui prend forme dans une parole vivante et révélatrice.

Et pour pousser la réflexion un peu plus loin…
Le festival se veut aussi un lieu d’échanges et de réflexions; ce que les rencontres autour de la dramaturgie permettent. La table ronde du CEAD, Où est l’auteur dans la production de son oeuvre?, ou la fenêtre ouverte sur la classe de maître de Daniel Danis nous font faire une incursion privilégiée dans le travail des auteurs, tandis que les levers de rideau avant certains spectacles font voir et entendre des dialogues entre le public et des auteurs dans de courts textes écrits par ceux-ci pour l’occasion.


Clôture : Le grand ballet des détails qui tuent, l’univers de J-F Nadeau et d’Avec pas de casques
Pour finir en beauté sa 11e édition, le Jamais Lu invite son codirecteur artistique, J-F Nadeau, à présenter son projet de spoken word avec le groupe Avec pas d’casques. Qui, du groupe ou de l’auteur, prédomine dans ce projet, on ne peut le dire, tant ceux-ci fusionnent dans une franche camaraderie. Et pour une fête grandiose, J-F Nadeau convie les auteurs de l’édition à se joindre à lui, le temps d’un court texte. À prévoir pour cette finale : surprises et spontanéité, mais joie assurée.

Du Jamais Bu au Jamais Lu
Cette année, en posant la question Où est-ce qu’on est?, le Jamais lu réaffirme sa quête de sens et propose avec la programmation de sa 11e édition diverses pistes pertinentes et consistantes. Tout ce sérieux, cette réflexion et cet engagement s’épanouiront dans l’ambiance la plus festive : chaque jour de l’événement, le barman et disque-jockey du festival nous attend au bar-café des Écuries pour nous servir les cocktails Jamais Bu et autres boissons, pour des soirées qui s’étirent autour des discussions provoquées par les auteurs!

11e Festival du Jamais Lu
4 au 11 mai 2012

http://www.jamaislu.com

Un lieu
Aux Écuries
7285 rue Chabot
Métro Fabre
H2E 2K7

Billetterie
Par téléphone : 514-328-7437
Billetterie sur place du mardi au samedi de 12h à 18h et pendant le Festival à partir d'une heure avant chaque lecture.
En ligne sur http://www.jamaislu.com

Tarifs
Lectures théâtrales : 12$
Soirée d'ouverture et de clôture : 20$

Tarifs spéciaux
Jeune public (15 ans et moins) : 6$
Lecture Qui file de Camille Roy : 5$
Carte Prem1ères : 25% de rabais
Passeport : 50$ (accès garanti à tous les événements!)

Salon littéraire participatif Carole et Lise reçoivent : Réservation obligatoire, gratuit en échange d'un plat à partager et d'un court texte de 50 mots.


Source : Valérie Grig







< - RETOUR - >