Communiqué



Festival interculturel du conte du Québec

8 Octobre 2011 - La 11e édition du Festival interculturel du conte du Québec :
le conte sans frontières du 21 au 30 octobre 2011


L’identité, faite de multiples appartenances, se construit, s’enrichit et se forge au contact des autres. Le conte, passerelle des identités multiples, est un art d’ouverture et de rencontre : ludique, militant, social, fabuleux, onirique, porteur de traditions ou réinventant notre présent, il transcende les frontières et touche ce qui nous rassemble, notre cœur et notre imaginaire. La 11e édition du Festival interculturel du conte du Québec aura lieu du 21 au 30 octobre prochain et offrira une centaine de spectacles avec plus de 80 conteurs d’ici et d’ailleurs, qui se produiront en solo ou lors de soirées thématiques dans plus de soixante-quinze lieux à Montréal, mais aussi dans plusieurs villes du Québec. Rappelons que le Festival compte parmi les plus importants festivals au monde dédiés à la parole.

La Grande Nuit du conte marquera le coup d’envoi du Festival le vendredi 21 octobre à 20 h au Gesù. Elle réunira une douzaine de conteurs, dont sept conteurs invités : Catherine Gaillard (Suisse), Victor Cova Correa (Venezuela), Claude Delsol (France), Fahem Abes (Algérie), Michal Malinowski (Pologne), Bertrand N’Zoutani (Congo) et Kientega Pingdéwindé Gérard, KPG (Burkina Faso). Porte-parole de cette édition, Nabila Ben Youssef, comédienne et humoriste tuniso-québécoise ouvrira la Grande Nuit du conte par une prestation débridée. Artiste à l’humour engagé qui fait rire et réfléchir, Nabila porte en elle la tradition séculaire du conte de sa terre natale.

Riche et variée, la programmation du Festival interculturel du conte du Québec pourra satisfaire tous les appétits. En voici quelques exemples. Le Festival apportera sa contribution à l’effort de faire revivre le chalet du parc La Fontaine devenu l’Espace La Fontaine, avec des spectacles du conteur magicien français Claude Delsol, Bertrand N’Zoutani du Congo, Michal Malinowski de la Pologne et Kientega Pingdéwindé Gérard, KPG, du Burkina Faso. Trois événements consacrés à Haïti et à l’Afrique seront présentés au TribuTerre Bistro, un lieu convivial, socialement engagé. À chaque édition, des soirées thématiques pimentent le Festival ; cette année, se succéderont Contes Coquins, Les plus belles histoires d’amour en conte et musique et la série Contes croisés, qui réunit un conteur d’ici et un conteur invité. Grande dame du conte, Kim Yaroshevskaya honorera le Festival de sa trop rare présence sur nos scènes avec son spectacle Contes d’amour et de vie, en compagnie de Jocelyn Bérubé et du musicien Denis Poliquin. Le samedi 22 octobre, l’événement mystère Midi tapant… Ça parle au Yâbe! se pointera à l’agora du Marché Jean-Talon, en pleine heure d’affluence. À surveiller ! Aussi, dans un souci d’offrir une tribune à la relève, le Festival propose une soirée avec les nouveaux visages du conte au Québec, sous la direction de Jean-Marc Massie. Enfin, le Festival se terminera le dimanche 30 octobre par le Marathon du conte, où se produiront une quarantaine de conteurs, de midi à 22 heures à la Maison de la culture Frontenac.

Ainsi, pendant les dix jours du Festival, conteurs invités et du Québec, d’origines et de lieux divers raconteront chacun à leur manière les mythes qui les habitent. Parmi les nombreux conteurs du Québec, mentionnons la participation, entre autres, de Stéphanie Bénéteau, Jocelyn Bérubé, Lucie Bisson, Danielle Brabant, Mike Burns, Éric Gauthier, Simon Gauthier, Claudette L’Heureux, André Lemelin, Bebeto Lonsili, Eric Michaud, Gisèle Ndong Biyogo, Renée Robitaille, Alexis Roy, Robert Seven Crows et Nadine Walsh.

Les conteurs invités du Festival
Le Festival accueille de Suisse la conteuse Catherine Gaillard, lumineuse, passionnée et passionnante. Son talent et sa sérénité lui permettent aisément d’allier le mythe et la réalité, l’autrefois et la modernité. Sa parole engagée et militante nous offre des voyages à travers l’Histoire, la reconnaissance des dissemblances et l’acceptation de l’autre. Elle présentera notamment Des Amazones d’hier à aujourd’hui, qui aborde l’homosexualité à travers les siècles et Flora Tristan, féministe et figure de proue de la lutte ouvrière.

Victor Cova Correa nous vient du Venezuela avec toute sa malice et son goût pour la vie. Il est né à Santiago Léon de Caracas, la jungle en béton à côté de la mer, et il a grandi entre ce lieu et Ejido, la ville au miel et aux fleurs, dans la Cordillère des Andes, non loin de Mérida, la ville aux chevaliers. Il cueille ses histoires aussi bien dans la tradition orale que dans la littérature de son pays.

Conteur magicien des mots et des objets, Claude Delsol de France a trouvé dans le Languedoc de son enfance la source de son inspiration, la magie des mots et l’art de parler avec ses mains. Des mains qui complètent la phrase, créent un univers, interpellent le spectateur et l’invitent à partager un moment de plaisir. Claude Delsol se définit comme un passeur, un passant, un homme qui collecte les histoires du monde et met sa vie au service de cette parole itinérante.

D’origine kabyle, Fahem Abes a bu à la source vivifiante des contes traditionnels de la Kabylie. Ogres, ogresses et princesses habitent son imaginaire depuis sa tendre enfance. Dans ses spectacles, Fahem Abes nous dévoile comment les approcher, les affronter et les aimer. À chaque fois qu’il conte, résonnent en lui, les voix de son père, de sa mère et des Premiers du clan Izaroken, de la tribu des M’zalen, femmes et hommes libres des montagnes du Djurdjura.

Conteur, écrivain et anthropologue, Michal Malinowski a fondé et dirige le Musée du Conteur à Varsovie en Pologne, un nouveau concept du musée basé sur l'utilisation des nouvelles technologies pour présenter les traditions orales et l'héritage immatériel venant du monde entier. Michal est un conteur expressif qui prête tout son corps, sa voix et ses émotions au passeur d'histoires qu'il est devenu.

Né au Congo, Bertrand N’Zoutani est arrivé au conte par la musique. Pour lui, parole, chants et musique sont indissociables. Il convie le public au M'Bongui, cet espace où chaque soir les villageois se retrouvent pour palabrer, échanger des contes et légendes, scandés par la sanza, et propose un chaleureux voyage à la découverte des cultures traditionnelles d'Afrique noire.

De retour au Festival, Kientega Pingdéwindé Gérard du Burkina Faso, communément appelé KPG, est issu de la prestigieuse caste des forgerons et de père orateur de masques. KPG a débuté en 1997 et s'est donné à l'art théâtral et au conte. Sur scène, il aborde les thèmes de l’environnement, des conditions de vie des enfants, de l’excision, de la stérilité, de la mort, de la politique, de la culture des Mossi et de la caste des forgerons. À travers ces thèmes, il véhicule des messages de justice, d’amour et de respect.

Le Festival interculturel du conte du Québec : un rendez-vous biennal à ne pas manquer !
Consulter la programmation complète : http://www.festival-conte.qc.ca



Source : Isabelle Bleau







< - RETOUR - >