Communiqué



Coupure du financement par Patrimoine Canadien: le FIL en péril

6 Septembre 2011 - À dix jours du début de sa dix-septième édition, le Festival international de la littérature (FIL) se voit dans l’obligation d’annoncer que sa survie est compromise par une importante coupure de financement de Patrimoine canadien. En effet, le 26 juillet dernier, le FIL apprenait qu’il n’aurait pas droit cette année à la subvention du Fonds du Canada pour la présentation des arts (FPAC) du Patrimoine canadien, dont il bénéficiait pourtant depuis 2002 et qui s’élevait à 65 000 $ par année depuis 2008, et qui représente 13 % de son budget global de 2011. Le conseil d’administration du festival se désole de cette décision sans appel et en apparence arbitraire, dont il a été informé à tout juste six semaines de l’ouverture de l’événement et dont ni les fonctionnaires et ni le cabinet du ministre James Moore n’ont daigné lui expliquer les motifs.

Bien qu’il puisse encore compter sur l’appui du Fonds du livre du Canada du Patrimoine canadien, du Conseil des arts du Canada, du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des Arts de Montréal et du Bureau des événements et festivals de la ville de Montréal, l’avenir du festival est néanmoins hypothéqué. Rien ne laissait présager la décision de Patrimoine canadien puisque tous les subventionnaires s’accordent pour dire que le FIL affiche un parcours sans faute. L’équipe du FIL s’enorgueillit à juste titre du bilan de la précédente édition, avec un taux d’assistance de plus de 84%, de nombreuses manifestations présentées à guichets fermés et une impressionnante couverture de presse. Ce succès prouve bien que le public est désormais fidèle au rendez-vous. Par ailleurs, jusqu’à ce jour, le FIL était en excellente santé financière, n’avait jamais eu de déficit et maintenait un ratio de 50 % de financement public et de 50 % de revenus autonomes (vente de billets, soirée bénéfice, commandites en biens et services, dons, etc.).

Il convient de rappeler que le FIL est le seul festival littéraire montréalais annuel de langue française, multidisciplinaire, national et international. De Marie-Thérèse Fortin à Marie Chouinard, en passant par Dany Laferrière, Paul-André Fortier, Gilles Vigneault, Samian, Chloé Sainte-Marie, Brigitte Haentjens, Ariane Moffat, Joséphine Bacon, José Acquelin, Chrystine Brouillet et bien d’autres écrivains et artistes de toutes disciplines, de toutes générations et de tous horizons, ils sont plus de 3000 à avoir participé aux seize éditions de cette grande célébration des mots où la littérature est mise en scène, en musique, en mouvement et en images. C’est au FIL aussi que l’on doit la venue à Montréal d’artistes de réputation internationale comme Fanny Ardant, Jean-Louis Trintignant, Denis Lavant, Sami Frey et Frankétienne, la création de Poésie, sandwichs à autres soirs qui penchent ainsi que des centaines de manifestations toutes plus ludiques et émouvantes les unes que les autres.

Le conseil d’administration du FIL s’est réuni afin de trouver des façons de pallier l’importante baisse de revenus à laquelle le festival doit faire face de manière totalement inattendue. Des rencontres sont prévues avec les différents subventionnaires ainsi que l’organisation d’une campagne de financement qui débute dès aujourd’hui et qui se terminera par une soirée bénéfice en mars 2012. La dix-septième édition du FIL se tiendra tel que prévu du 16 au 25 septembre et tous les écrivains et artistes invités toucheront leurs cachets, tel que convenu dans leurs ententes respectives.



- 30 -
Source : Julie Delorme







< - RETOUR - >