Communiqué



Festival Cinéma international Rouen-Noranda

29 Septembre 2010 - De grandes premières et de grands films

Le 29e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue réserve un grand cru à ses spectateurs. Un nombre jamais atteint de premières et de films primés : 36 premières dont 16 mondiales, 10 nord-américaines, 10 québécoises et 35 films primés lors des plus prestigieux festivals. Cette année au programme, près de 150 courts, moyens et longs métrages en provenance de 25 pays dont l’Algérie, l’Autriche, le Burundi, la Croatie, la France, l’Irlande, le Malawi, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, la Pologne, la Russie, la Suède et le Vénézuela.

+

. Premières mondiales
Reste avec moi
de Robert Ménard (Québec)

Les parcours entrecroisés de personnages fragilisés par des conflits relationnels. On suit leurs démarches parallèles vers leur quête d'harmonie.

+

. Soirée d’ouverture
Samedi 30 octobre (Bloc 1)
Voir Ali
de Martin Guérin (Abitibi-Témiscamingue)

Rouyn-Noranda, 1983. En pleine récession, les organisateurs des Championnats sportifs québécois cherchent un moyen spectaculaire pour financer l’événement. L’un d’entre eux soulève l’idée de faire venir le mythique boxeur Muhammad Ali en Abitibi! Soyez témoin de cette quête improbable… Le documentaire sera présenté alors qu’il y aura 50 ans que la légende aura disputé son premier combat professionnel.

+

Dimanche 31 octobre (Bloc 3)
Les Fros
de Stéphanie Lanthier (Québec)

Chaque année, les débroussailleurs sont nombreux à monter au nord, en Abitibi, tels des bûcherons du XXIe siècle. Le temps d’une saison, la cinéaste vit dans les camps de travail reculés de la forêt boréale pour documenter l’aventure de ces travailleurs de tous âges et de toutes nationalités.

+

Dimanche 31 octobre (Bloc 4)
Fous de leur village
de Vincent Audet-Nadeau (Québec)

Les villages du Québec sont malades. Il devient difficile de maintenir une population suffisante pour justifier la présence de services essentiels comme une école ou une épicerie. Le maire de Huntingdon, Stéphane Gendron, part à la rencontre de gens qui sont fous de leur village et qui comptent bien en assurer la survie!

+

Lundi 1er novembre (Bloc 6)
Noire Soeur
de Marie-Claude Paradis Desfossés (Abitibi-Témiscamingue)

Met en lumière l’héritage laissé par des hommes et des femmes issus de communautés religieuses qui ont oeuvré au développement de la ville d’Amos, en Abitibi-Témiscamingue. Ces bâtisseurs ont imaginé, mis en place, puis légué plusieurs institutions sociales, artistiques et sportives qui continuent de servir la population.

+

Jeudi 4 novembre (Bloc 11)
. Première nord-américaine
La Tête ailleurs
de Frédéric Pelle (France)

Patrick est croupier dans un petit casino de bord de mer. Son rêve? Partir. Tout quitter pour une destination inconnue. Mais un tel voyage ne s'improvise pas.

+

Jeudi 4 novembre (Bloc 11)
. Premières québécoises
Les Invités de mon père
d’Anne Le Ny (France)

Lucien Paumelle est réputé pour son implication dans de nombreuses causes humanitaires. Son engagement le conduit jusqu'au mariage blanc avec une jeune Moldave pour lui éviter l'expulsion. Le chaos s'installe chez les Paumelle et bientôt, ce sont toutes les relations familiales qui sont à redéfinir.

+

Dimanche 31 octobre (Bloc 3)
Octubre-Octobre
de Daniel Vega et Diego Vega (Pérou)
Prix du Jury « Un certain regard » (Cannes 2010)

Clémente est prêteur sur gages à Lima. Un jour, une prostituée qu'il a l'habitude de fréquenter abandonne un bébé chez lui. Ses habitudes s'en trouvent totalement chamboulées.

+

Dimanche 31 octobre (Bloc 4)
Vaterspiel-OEdipe : Le jeu
de Michael Glawogger (Autriche/France/Allemagne/Irlande)

Un nazi s'est enterré vivant dans une cave. Un jeune cherche le tueur de son père et un autre s’amuse à massacrer le sien au moyen d’un jeu virtuel. Trois histoires qui démontrent que l’on ne peut jamais échapper à son passé.

+

Mardi 2 novembre (Bloc 7)
. Des films qui ont laissé leur marque
Le Secret d’Éléonore
de Dominique Monféry (France)
Mention spéciale du Jury Longs métrages (Annecy 2010)

À 7 ans, Nathanaël ne sait toujours pas lire. Lorsque sa tante Éléonore lui lègue sa bibliothèque, il est déçu car il ne sait pas encore que les livres racontent des histoires fabuleuses.

+

Dimanche 31 octobre (Bloc 2)
Sound of noise
de Ola Simonsson et Johannes Stjärne Nilsson (Suède)
Prix OFAJ / TV5MONDE de la Jeune Critique (Cannes 2010)

L’officier de police Amadeus Warnebring est né dans une illustre famille de musiciens. Ironie du sort, il déteste la musique.

+

Lundi 1er novembre (Bloc 5)
Adem-Oxygène
de Hans Van Nuffel (Belgique/Pays-Bas)
Grand Prix des Amériques (Montréal 2010) - Prix Oecuménique (Montréal 2010)

Dans les couloirs de l'hôpital, Tom rencontre Xavier, un vantard atteint, tout comme lui, de mucoviscidose. Les deux jeunes entretiennent une pénible amitié jusqu'au jour où, pour survivre, ils ont tous les deux besoin d'une greffe de poumon.

+

Lundi 1er novembre (Bloc 6)
Curling
de Denis Côté (Québec)
Meilleure réalisation (Locarno 2010) - Prix d'interprétation masculine (Locarno 2010)

Dans une nature hivernale et rude, en douce marge du monde, Curling s'intéresse à l'intimité d'un père et de sa fille de 12 ans.

+

Mardi 2 novembre (Bloc 8)
Des Hommes et des Dieux
de Xavier Beauvois (France)
Grand prix (Cannes 2010) - Prix du jury oecuménique (Cannes 2010)

Un monastère perché dans les montagnes algériennes, dans les années 1990. Huit moines chrétiens français y vivent en harmonie avec leurs frères musulmans. Mais progressivement, la violence et la terreur s’installent dans cette région.

+

. Soirée de clôture
Jeudi 4 novembre (Bloc 12)
Le Festival, c’est aussi des courts métrages de qualité


Voyez, entre autres, le Prix du meilleur court métrage de la Semaine de la critique à Cannes, Slitage, le Prix du public à Montpellier et Bordeaux, Julie et ses Jules et la meilleure performance à Jacksonville, The Cow Who Wanted To Be a Hamburger. Voyez en première mondiale les courts métrages Antui, Chroniques de la poisse, Malawi, Opasatica et Paclow. Puis en première nord-américaine, de nombreux courts métrages français comme Cul de bouteille, Ô Jeunesse, Quatuor et Une nouvelle vie! ainsi que de la Russie, V masshtabe. Finalement, en première québécoise, le meilleur court métrage de Cleveland, Beast, le meilleur court métrage narratif de Austin, Cigarette Candy, de la suisse Au café romand, de l’Italie, Videogioco a Loop Experiment et Catherine mettant en vedette Pierre-Luc Brillant. Le volet Relève Desjardins est quant à lui de retour avec une sélection de courts métrages réalisés par des étudiants du Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue et de l’Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue.

+

Bref, vous trouverez sur nos écrans pas moins de 17 longs métrages, 83 courts et moyens métrages et 42 films d’animation.

Pour tout savoir de la programmation, visitez notre site Internet : http://www.festivalcinema.ca


.......

29e Festival Cinéma international Rouen-Noranda
Du 30 octobre au 4 novembre 2010


Les Nocturnes
Les journées de projections se terminent dans une ambiance festive!

29-30 octobre - 23h | Random Recipe | Cabaret de la dernière chance | (après l’Espace Court) | http://www.randomrecipe.ca

31 octobre - 23h | Le Carabine | Cabaret de la dernière chance (après l’Espace Court) | http://www.lecarabine.com

Entrée : 5. $ | (gratuit pour les spectateurs de l’Espace Court) | http://www.festivalcinema.ca


.......

JAYAN V
de Jean Caron

31 octobre - 12h30
Cinéma Paramount


Dans une lointaine galaxie, Jayan, un héros doté de pouvoirs magiques, doit faire face à l’épreuve la plus difficile de sa vie…la perte d’un ami.

Gratuit! Bienvenue à tous.

Le Festival est heureux de mettre en lumière un projet inspirant qui démontre qu’avec détermination et imagination, il est possible de réaliser ses ambitions cinématographiques dans la région.

Un film fait chez nous, par des gens de chez nous, mettant en vedette des gens de chez nous!


.......

Le 6e Prix Communications et Société
pour du cinéma qui rend plus humain


L’organisation du 29e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue est fière de souligner l’apport du cinéma engagé en remettant depuis six ans le Prix Communications et Société. Il est décerné au long métrage qui se distingue non seulement par ses qualités artistiques mais aussi par son apport au progrès humain et à la reconnaissance de valeurs éthiques, sociales et spirituelles. Le jury est composé de trois adeptes de cinéma, des gens engagés qui ont été nommés par l’organisme Communications et Société, en collaboration avec le diocèse de Rouyn-Noranda.

Fondée en 1957 et longtemps connue sous le nom d’Office des communications sociales (OCS), l’Organisation Communications et Société OCS inc. est depuis 1975 une association sans but lucratif vouée à la promotion de la qualité du sens critique, ainsi que des valeurs éthiques et spirituelles dans le monde des médias et des communications, le tout dans une perspective chrétienne. Elle représente le Canada francophone au sein de l’organisation catholique internationale pour le cinéma, SIGNIS.

Ce prix veut honorer la mémoire de Robert-Claude Bérubé, p.s.s. (1929-1991), directeur du Service cinéma de l’Office des communications sociales, devenu aujourd’hui l’agence de presse cinématographique Médiafilm. Critique de cinéma hors pair et véritable passionné du 7e art, monsieur Bérubé a inspiré toute une génération de cinéphiles. L’an dernier, « pour l'authenticité de ses personnages, son interprétation exemplaire, la force de ses silences, son audacieuse sobriété, et enfin, son appel à un peu plus d'humanité », le jury a choisi de récompenser Bernard Émond pour son film La Donation.

Kevin Laforest agit a titre de collaborateur au sein de l’agence de presse Médiafilm depuis quatre ans. Journaliste et blogueur cinéma pour l'hebdomadaire Voir Montréal depuis 2005, il a aussi occupé les fonctions de rédacteur en chef du Voir Mauricie de 2009 à 2010. Précédemment, il a été critique cinéma pour le Montreal Mirror. Sa première expérience comme membre d'un jury remonte à 2007 alors qu'il siégeait au jury courts métrages des Rendez-vous du cinéma québécois.

Lucie Legault Roy a acquis une expérience diversifiée dans le milieu artistique tant au plan de la gestion que de la création. Directrice artistique et metteure en scène pour la troupe de théâtre La Poudrerie pendant plus de dix ans, critique d’arts de la scène pour Radio-Canada et auteure d’un billet hebdomadaire dans le journal La Frontière pendant plusieurs années, elle a également agi comme personne ressource dans l’organisation d’évènements régionaux et provinciaux. Elle continue à ce jour à s’engager dans divers projets tant dans le domaine culturel que dans celui des affaires.

Originaire de Québec, où il a fait ses études et obtenu une maîtrise en éducation, Richard Aubry est devenu Abitibien en s’établissant à Rouyn-Noranda il y a plus de 40 ans.

Passionné de cinéma durant sa jeunesse, il a enseigné le cinéma au Cégep de l’Abitibi-Témiscamingue durant deux ans avant d’entreprendre sa carrière de conseiller pédagogique et spécialiste des médias dans l’enseignement. Épris de justice sociale, il travaille comme bénévole pour Développement et Paix, l’organisation catholique canadienne pour le développement international.

Sources : Anne-Marie Belzile,
Louis Dallaire


.......

L’Espace Vidéo devient l’Espace Court

Désireux et soucieux d’être toujours à l’affût de ce qui se passe dans le monde du court métrage, les organisateurs de l’Espace Vidéo prennent un important virage. Comme la vidéo n’est plus le seul support pour livrer un film, un changement de nom s’imposait. L’Espace Court ouvre donc la porte aux nouvelles technologies; c’est tout un monde qui s’offre au public du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue.

Cette nouvelle appellation définit clairement le rythme de l’évènement. Les cinéphiles pourront s’attendre à un spectacle dynamique où s’enchaîneront des courts métrages de tous les genres qui surprennent et qui décoiffent aussi parfois. Toujours organisé au Cabaret de la dernière chance, l’Espace Court se déroulera désormais sur trois jours pour permettre aux organisateurs de proposer un condensé de ce qui se fait de plus original. L’Espace Court demeure la plate-forme de diffusion des courts métrages au contenu hors norme. Du 29 au 31 octobre, le tapis rouge sera déroulé pour les courts métrages de la relève et des réalisateurs chevronnés d’ici et d’ailleurs.

Sources : Carol Courchesne,
Anne-Marie Belzile


.......

La 29e affiche du Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue
Un classique haut en couleur


Pour réaliser l’affiche du 29e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue, l’organisation a de nouveau eu le plaisir de travailler avec la graphiste Staifany Gonthier. Depuis qu’elle a joint l’équipe en 2008, elle a fort bien saisi l’essence du Festival. « Avec les années, nous avons développé une idée plus claire de ce qu’on souhaite créer avec l’affiche (...) Nous sommes liés à Staifany par une belle complicité, elle arrive à imager nos désirs avec toute sa fougue et sa jeunesse », de dire le vice-président du Festival, Louis Dallaire. La chimie a de nouveau opéré, Staifany est arrivée avec une proposition qui a tout de suite charmé les organisateurs. « Ça leur a vraiment plu, ils n’ont pas voulu que je retouche quoi que ce soit », a souligné fièrement la conceptrice.

« Nos bandes-annonces avec l’orignal ont vraiment marqué les esprits; depuis, c’est devenu notre symbole. Staifany l’a revisité, le résultat est moderne, éclatant, haut en couleur », s’exclame Louis Dallaire. « Ses oeuvres ont toujours un je-ne-sais-quoi. L’an dernier, des boutons formaient les aurores boréales. Cette année, la texture du bois qu’elle a utilisée pour composer l’orignal est fascinante, on n’a jamais vu ça sur une affiche ». « Honnêtement, je ne peux pas expliquer d’où ça vient, je trouvais juste ça beau », de commenter instinctivement Staifany.

Depuis son entrée sur le marché du travail, Staifany n’a pas chômé. Travailleuse autonome depuis 2003, elle a mis son imagination et son talent au service d’une vingtaine d’organismes régionaux dont la Commission scolaire de l’Or-et-des-Bois, le Festival de la relève indépendante musicale de l’Abitibi-Témiscamingue, le Salon des vins, bières et spiritueux de l’Abitibi-Témiscamingue, le Salon du livre en Abitibi-Témiscamingue, la compagnie de théâtre Les voisins d’en haut de Rouyn-Noranda et bien sûr le Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue. Cette année, elle a donné naissance au petit Julien âgé de huit mois.

Elle l’a emmené en France, a développé sa passion pour la photographie, a fait un peu de peinture, a perfectionné son art. Le Festival est privilégié de pouvoir profiter de l’effervescence de son imagination.

Sources : Anne-Marie Belzile
Louis Dallaire


.......

Reste avec moi de Robert Ménard ouvrira le 29e Festival du cinéma international en
Abitibi-Témiscamingue


C’est avec grande fierté que les organisateurs du 29e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue annoncent que le long métrage de Robert Ménard, Reste avec moi, sera présenté en première mondiale lors de la soirée d’ouverture le samedi 30 octobre. « C’est un honneur que nous fait Robert Ménard. Il fait partie des grands du cinéma québécois. Robert nous a entre autres donné les Cruising Bar. Celui-ci est toujours le bienvenu chez nous, le public de l’Abitibi-Témiscamingue l’apprécie particulièrement. Il a d’ailleurs remporté le Grand Prix Hydro-Québec à deux reprises, en 1991 avec L’Homme de rêve et en 1995 avec L’Enfant d’eau », souligne le président du Festival, Jacques Matte. « C’est aussi un honneur pour moi que d’ouvrir le Festival. L’organisation, le public, ce sont des gens passionnés, qui connaissent le cinéma, qui le mettent en valeur », de rétorquer Robert Ménard.

Reste avec moi raconte des vies en parallèle. Ces êtres vivent chacun une douleur, une trahison de la vie, qui fait violence à leur existence mais qui les amène à grandir, à dépasser la souffrance pour atteindre une meilleure compréhension d’eux-mêmes et des autres. « Un film qui cadre très bien dans l’esprit du Festival, optimiste et tourné vers l’avenir. C’est merveilleusement bien réalisé, ça souligne le talent de Robert Ménard et la qualité de son travail. C’est aussi un film d’acteur, très bien interprété », d’ajouter Jacques Matte. Louis Morissette, Julie Perreault, Maxim Roy, Danielle Proulx et Gérard Poirier se partagent la vedette dans ce long métrage produit par Robert Ménard et Claire Wojas.

Les passeports ainsi que les billets pour les soirées d’ouverture et de clôture seront en vente dès le 16 septembre sur notre site Internet, au Théâtre du cuivre de Rouyn-Noranda, chez Mag Music d’Amos, au Cinéma Capitol de Val-d’Or, à la Maison de la Culture de La Sarre et à l’Intro Musique de Ville-Marie. La programmation complète sera dévoilée lors d’une conférence de presse qui se tiendra à le 14 octobre. Pour connaître tous les détails, visitez le http://www.festivalcinema.ca .

Le 29e Festival du cinéma international en Abitibi-Témiscamingue se tiendra à Rouyn-Noranda du 30 octobre au 4 novembre 2010.


Sources : Anne-Marie Belzile,
Louis Dallaire







< - RETOUR - >