Communiqué



Donner à LIRE, donner à entendre

22 Septembre 2010 - Le 16e FIL Fête les mots jusqu'au 26 septembre 2010!

Avec une programmation haute en couleurs, le Festival international de la littérature (FIL) marque de manière éclatante la rentrée culturelle montréalaise. Jusqu'au 26 septembre, les écrivains et artistes de divers horizons font la fête aux mots et célèbrent la littérature sous toutes ses formes. Théâtre, poésie, chanson, lectures, plaisirs épistolaires et autres délices littéraires composent le menu de cette 16e édition.

Cette année encore, la programmation regorge de propositions alléchantes qui ne manqueront pas de mettre en appétit les dévoreurs de mots et de lettres : spectacles, cabarets, lectures publiques, apéros poétiques, cinéma, expositions, parcours littéraires et nombreuses surprises attendent les festivaliers. Quel que soit leur âge, on croisera les amoureux de littérature de la Cinquième Salle de la Place des Arts à l’Usine C, de l’Agora de la danse à la Grande Bibliothèque, du Lion d’Or à la maison des Jeunesses musicales, en passant par la Cinémathèque québécoise, la Place Pasteur ou des lieux plus intimes comme des librairies, centres culturels, Maisons de la culture et cafés.

Les grands rendez-vous
Tout comme les festivaliers, les interprètes participant au FIL sont des passionnés. Parmi ceux-ci, l’éblouissant Sami Frey, de retour au Festival pour une troisième fois. L’acteur met en scène et interprète Premier amour, monologue drôle et féroce de Samuel Beckett pour lequel il a reçu en France un accueil extraordinaire.

Loui Mauffette et sa joyeuse bande sont également de retour à la demande générale pour une nouvelle tournée de Poésie, sandwichs et autres
soirs qui penchent
, l’événement poétique le plus déjanté qui soit, accueilli dans l’allégresse par la critique et le public depuis sa création, au FIL, en 2006. Et puis, on retrouvera avec plaisir Gilles Vigneault et son Cadeau pour Sophie, spectacle de conte et de chansons qui enchantera les enfants, leurs parents et leurs grands-parents. À ses côtés, sa fille Jessica Vigneault, James Hyndman et Pierre Flynn, auxquels se joignent cette année Florence K et Thomas Hellman, dans une mise en scène de Monique Giroux.

Le FIL se réjouit de recevoir le grand Frankétienne, peintre, musicien, poète, dramaturge et romancier haïtien. Écrite quelques mois avant le séisme de janvier 2010, sa pièce Melovivi ou Le piège, qu’il joue avec Garnel Innocent, évoque de manière prémonitoire un tremblement de terre à Port-au-Prince. Frankétienne participera également à Haïti debout, une soirée de musique, de chants et de paroles rendant hommage à la culture haïtienne mise en scène par Rodney Saint-Éloi. Une grande fête présentée gratuitement en clôture du Festival!

Spectacles et cabarets littéraires
À l’heure de Twitter, du courriel et du message texte, le FIL prend un malin plaisir à célébrer les vertus de la correspondance « à l’ancienne »! Dans une mise en scène de Lorraine Pintal, Marie Tifo et Pierre Curzi liront des extraits de La renarde et le mal peigné, fragments de la correspondance amoureuse de Pauline Julien et Gérald Godin. On se régalera également de Lettres recommandées, suggestions littéraires de Yann Martel à Stephen Harper, lues par Catherine Vidal, Alexandre Goyette, Louise Laprade, Macha Limonchik, Olivier Morin et Étienne Pilon, sous la direction de Claude Poissant.

Sous le titre de Liberté de parole, la revue Liberté célèbre son 50e anniversaire en organisant un grand cabaret entremêlant réflexion et poésie, humour et engagement à travers 50 ans d'histoire du Québec, 50 ans de réflexion sur notre condition et 50 ans de dialogue entre la littérature et la politique. Un spectacle porté par Marie-Thérèse Fortin, Alexis Martin, Sébastien Ricard, Olivier Kemeid, Évelyne de la Chenelière et Ève Pressault.

Il faut également souligner la présentation à l’Agora de la danse de la chorégraphie littéraire Jamais ! (rien ne nous séparera plus) mettant en scène Jeanne Renaud, figure fondatrice de la danse contemporaine québécoise, Aline Apostolska et la jeune Savannah-Lou Mavrikakis-Cochran.

Hommages et événements spéciaux
Comme le veut la tradition, plusieurs hommages seront rendus aux figures marquantes de la littérature d’ici et d’ailleurs. Ainsi, les Midis littéraires seront entièrement consacrés à l’oeuvre de Michel Tremblay, livrée par quelques-uns des plus grands comédiens ayant porté sa voix depuis plus de quarante ans soit Denise Filiatrault, Élise Guilbault, Gilles Renaud, Michelle Rossignol et Rita Lafontaine.

Au Lion d’Or, Chloé Sainte-Marie ainsi que de nombreux poètes rendront hommage à Bruno Roy, disparu en janvier dernier et à qui la 16e édition du FIL est dédiée. Au nombre des événements spéciaux, Poèmes visibles, une exposition des oeuvres de Gabriel Lalonde. L’artiste en arts visuels et poète s’inspire des poèmes de Gaston Miron et de ses thèmes de prédilection. Et pour une cinquième année, le FIL accueille le Grand Slam de la Ligue Québécoise de Slam, genre poétique et musical qui fait de plus en plus d’adeptes.

À la Grande Bibliothèque, on salue deux femmes de lettres remarquables. Évelyne de la Chenelière fera la lecture d’extraits du premier roman d’Anne Hébert, Les chambres de bois. Françoise Faucher lira quant à elle Alexis ou le Traité du vain combat, pierre fondatrice de l’oeuvre de Marguerite Yourcenar. Par ailleurs, Gabriel Arcand lira des extraits du roman de Bernhard Schlink, Le liseur, alors que Sébastien Ricard fera siennes quelques-unes des Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke.

Place aux jeunes! Un flot littéraire envahit la place pasteur
Quel est votre plus beau souvenir de lecture? Y a-t-il un livre qui ait bouleversé votre vie? Que diriez-vous pour convaincre quelqu’un de lire ce livre à tout prix? Des étudiants en littérature et en théâtre, ainsi que des écrivains reconnus répondent à ces questions et deviennent les défenseurs d’une oeuvre littéraire sur la place publique. Pendant cinq jours, à midi et à 17 h, le public est invité à venir entendre gratuitement ces « exercices d’admiration » inusités sur la Place Pasteur de l’UQAM aménagée par des étudiants en design d’événements.

Voyage au coeur du polar
Le FIL, c’est également une invitation au voyage. Lisez l’Europolar constitue une occasion unique de découvrir les différents visages de la littérature européenne contemporaine en compagnie d’auteurs de polar venus d’Italie, d’Espagne, de Catalogne, du Portugal et d’Allemagne. Au programme : tables rondes, conférences, lectures, projections de films, et un étonnant parcours littéraire, Sur les traces d’Europol. Cinq auteurs européens de romans policiers sont en cavale à Montréal. Quel est leur secret? Que cachent-ils? Ils vous invitent à mener l’enquête en leur compagnie lors de ce rallye littéraire qui fera découvrir de manière passionnante et ludique les différentes facettes de la littérature policière. Ce « parcours du crime » en cinq étapes se fera à pied en compagnie d’un guide entraînant les festivaliers dans les rues de Montréal. La parole est d’or, et ses mots se déclinent en rouge passion, vert tendre, bleu d’azur, noir d’encre...

À Montréal, du 17 au 26 septembre, la rentrée culturelle revêt les mille et une couleurs de la 16e édition du Festival international de la littérature. Les billets sont en vente dès maintenant à la billetterie de la Place des Arts : (514) 842-2112 ou 1 866 842-2112 | http://www.pda.qc.ca ou sur le site du FIL | http://www.festival-fil.qc.ca | Festival international de la littérature (FIL)


Source : Julie Delorme, Communications Papineau-Couture


.................................

Les événements en bref
Pour tout savoir sur notre programmation et connaître tous les crédits des spectacles : http://www.festival-fil.qc.ca


Théâtre littéraire

Premier amour (France)

Un texte à la fois drôle et féroce, l’un des plus accessibles de Samuel Beckett, mis en scène et interprété par Sami Frey. Un spectacle créé à Paris au Théâtre de l’Atelier le 3 novembre 2009. En codiffusion avec l’Usine C. Du mercredi 22 au vendredi 24 septembre - 20h - Samedi 25 septembre - 16h - l’Usine C

Melovivi ou Le piège (Haïti)
Une pièce de l’écrivain haïtien Frankétienne, écrite en novembre 2009, qui présente de manière prémonitoire, le drame de deux personnages prisonniers dans un espace délabré, dévasté, sans issue, à la suite d’un désastre. Avec Frankétienne et Garnel Innocent. Jeudi 23 et vendredi 24 septembre - 20h - Cinquième Salle de la Place des Arts.


Spectacles et cabarets littéraires

Liberté de parole

Un cabaret littéraire festif où s'entremêlent réflexion et poésie, humour et engagement Avec Marie-Thérèse Fortin, Alexis Martin, Sébastien Ricard, Olivier Kemeid, Evelyne de la Chenelière et Eve Pressault. Mise en scène : Brigitte Haentjens. Choix des textes : Evelyne de la Chenelière, Olivier Kemeid et Pierre Lefebvre. Une production de la revue Liberté.
Jeudi 23 septembre - 20h (ouverture des portes 19h) Lion d’Or

La fête à Bruno
Une célébration en poésie et en chansons de l’écrivain Bruno Roy (1943-2010). Avec José Acquelin, Joséphine Bacon, Jean-Paul Daoust, Jean-Marc Desgent, Guy Marchamps, Hélène Monette, Stanley Péan ainsi que Chloé Sainte-Marie et ses musiciens Réjean Bouchard et Gilles Tessier.
Samedi 25 septembre - 20h (ouverture des portes 19h) Lion d’Or

Un Cadeau pour Sophie
Un véritable cadeau pour les enfants, leurs parents et leurs grands-parents avec Gilles Vigneault, Pierre Flynn, Thomas Hellmann, Florence K, Jessica Vigneault, l’acteur James Hyndman ainsi que les musiciens Paul Campagne et Davy Gallant. Mise en scène : Monique Giroux. En accord avec la Montagne secrète et en collaboration avec PDA Junior.
Dimanche 26 septembre - 13h et 15h - Cinquième Salle de la Place des Arts

Haïti debout
Un spectacle de musique, de chants et de paroles en hommage à la culture haïtienne. Avec Frankétienne, Joséphine Bacon, Franz Benjamin, Maxime Catellier, Catherine Lalonde, Chantal Lavigne. Mireille Métellus, Pascale Montreuil, Stanley Péan, Katia Rock, Anthony Rozankovic, Michel Vézina et Louise Warren. Une soirée inoubliable pour clôturer le FIL 2010 et le parcours des arts haïtiens VIV AYITI présenté dans le cadre des Journées de la culture 2010.
Dimanche 26 septembre - 20h (ouverture des portes 19h) Lion d’Or.



Rendez-vous quotidiens

Les Midis littéraires - Michel Tremblay

Des lectures de l’oeuvre de Michel Tremblay à l’heure du lunch. Avec Denise Filiatrault, Élise Guilbault, Gilles Renaud, Michelle Rossignol et Rita Lafontaine. Direction artistique : Stéphane Lépine.
Jusqu’au 24 septembre - 12h10 à 12h50 - Maison des Jeunesses musicales du Canada

Les 5 à souhaits
Des lectures de poésie dans une ambiance musicale à l’heure de l’apéro. Avec Denise Desautels, Carole David, Yves Préfontaine, Nicole Brossard, Jean-Sébastien Larouche, Patrice Desbiens et de nombreux autres poètes. Direction littéraire : José Acquelin. Direction musicale : Pierre Saint-Jak.
Jusqu’au 24 septembre (relâche les 19 et 22 septembre) - 17h à 19h - Cabaret des Terrasses Saint-Sulpice

Flot littéraire sur la Place Pasteur
Une présentation de l’UQAM en collaboration avec le FIL.
Des exercices d’admiration pour une oeuvre, un livre ou un écrivain sur une place publique. Avec les écrivains Rodney Saint-Éloi, Tristan Malavoy-Racine, José Acquelin, Jean-François Chassay et Louise Bombardier ainsi que des étudiants du Département d’études littéraires, de l’École de design et de l’École supérieure de théâtre de l’UQAM. Direction artistique et mise en scène : Markita Boies.
Jusqu’au 25 septembre - 12h à 12h30 et 17h à 17h30 - Place Pasteur de l’UQAM

Poèmes visibles
Exposition des œuvres de l’artiste visuel Gabriel Lalonde inspirées des poèmes de Gaston Miron.
Jusqu’au 2 octobre - Hall de l’Usine C



Lectures publiques

Gabriel Arcand lit Le Liseur de Bernhard Schlink
Présentation de BAnQ dans le cadre de la saison « 8 x l’Allemagne 2010-2011 » et du FIL 2010.
Jeudi 23 septembre - 19h30 - Auditorium de la Grand Bibliothèque

Sébastien Ricard lit Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke
Présentation de la Maison de la culture Marie-Uguay dans le cadre des Journées de la culture et du FIL 2010.
Dimanche 26 septembre - 14h - Maison de la culture Marie-Uguay

Lisez l’Europolar
Une occasion unique de découvrir les différents visages de la littérature européenne contemporaine en compagnie d’écrivains de romans policiers. Une série de manifestations proposées et organisées par Europe(a) - le rendez-vous du livre européen en collaboration avec le Fil et plusieurs autres partenaires. Pour l’horaire détaillé : http://www.lisezleurope.ca

Pour saluer Massimo Carlotto
L’Institut culturel italien propose des lectures théâtralisées des oeuvres de Massimo Carlotto en compagnie de musiciens ainsi que des projections de plusieurs adaptations cinématographiques de ses romans. Jusqu’au 23 septembre - Studio-théâtre de la Place des Arts, à la Cinémathèque québécoise et autres lieux de diffusion. Pour plus de renseignements : Institut culturel italien (514) 849-3473




Événements spéciaux

La Soirée des Prix de l’Académie des lettres du Québec

Présentation de l’Académie des lettres du Québec en collaboration avec le FIL 2010 et d’autres partenaires Remise des prix et de la médaille de l’Académie des lettres du Québec. Animation : Louis Caron, président.
Mercredi 22 septembre - 19h - Auditorium de la Grande Bibliothèque

Hommage à Pierre Nepveu
Présentation du Département des littératures de langue française de l’Université de Montréal et du CRILCQ. Lancement public du collectif Le marcheur des Amériques (collection Paragraphes).
Jeudi 23 septembre - 17h30 - Librairie Le port de tête

Gala du prix littéraire John-Glassco
Présentation de l’Association des traducteurs et traductrices littéraires du Canada en collaboration avec le FIL 2010.
Soirée hommage aux traducteurs littéraires et remise de prix. Animation : Nigel G. Spencer, président du jury John-Glassco.
Samedi 25 septembre - 19h - Maison des Jeunesses musicales du Canada


...............


Spectacle hommage à Bruno Roy (1943-2010)
La fête à Bruno


Ce qu’il faut dire
Je suis folle à la mesure de l’instant
Je chavire, je délire, je dérive
Je vole en éclats de soleil
J’habite une joie très abîmée de douleur
Je n’ai que mes troubles pour vous tendre la main
Je n’ai que ma brûlure pour marcher avec vous
Je n’ai que les ruines de la mort pour devenir vie
Je n’ai que moi-même pour tout dire
L’ombre à mon cou, je n’ai pas peur
Non, je ne me retournerai pas
J’irai chercher dans tes mains ce courage qui t’a fait
Oui, j’irai par un jour de lumière apprendre à mourir
Pour me rapprocher de moi
Pour me rapprocher de toi
Pour dire ce qu’il faut dire

Bruno Roy


Si vous êtes ici aujourd’hui, c’est que ce géant au coeur vaste a su vous toucher comme poète ou romancier, comme militant ou professeur, comme ami ou parent, ou simplement comme l’être de lumière qu’il était. Si vous êtes ici aujourd’hui, je ne vous apprendrai rien sur sa générosité exceptionnelle, son sens de l’écoute attentionnée et sa compassion, qualité de plus en plus rare de nos jours. » C’est ainsi que Stanley Péan débutait son hommage à Bruno Roy lors de ses funérailles en janvier dernier.

Le Festival international de la littérature (FIL) a perdu un ami et un complice. Bruno Roy, alors président de l’UNEQ, avait permis la création en 1994 de notre festival et, quelques années plus tard, il avait accepté de devenir le président du « nouveau » conseil d’administration du FIL lorsqu’il est devenu un événement autonome en 2005.
« Je dois tout aux mots », écrivait-il dans son Journal dérivé. Homme de paroles, Bruno Roy a touché a tout. Tantôt poète, parolier, essayiste, et militant. Toujours écrivain. Il a défendu avec passion et détermination notre langue, qu’il aimait d’un amour profond, salvateur et véritable.

Bruno, cet être de lumière, nous manque plus que jamais. Cette seizième édition du FIL lui est entièrement dédiée mais nous tenions à lui rendre aussi hommage publiquement. Nous avons eu envie de lui faire une fête. De vous faire entendre ses mots, sa poésie, les chansons qu’il aimait.

Ce soir-là, on entendra donc des poètes, qui l’ont côtoyé au fil des ans, lire ses textes. Son amie Chloé Sainte-Marie a aussi tenu à être de la fête avec ses musiciens. Ce sera une soirée, comme il les aimait, gaie et généreuse avec des amis sur scène et dans la salle. Venez nombreux faire la fête à Bruno!


Direction artistique : Christine Germain

Écrivains : José Acquelin, Joséphine Bacon, Jean-Paul Daoust, Jean-Marc Desgent, Guy Marchamps, Hélène Monette et Stanley Péan

Interprète : Chloé Sainte-Marie

Musiciens : Réjean Bouchard (guitares et voix) - Gilles Tessier (guitares, claviers, percussions et voix)

Production : FIL 2010

Présentation 16e festival international de la littérature (FIL)

Samedi 25 septembre - 20h - Ouverture des portes à 19 h

Lion d’Or - 20.$ - 15.$ (25 ans et moins - 65 ans et plus)



..........



Michel Tremblay
À l’heure du lunch !

Les midis littéraires

Après Gabrielle Roy l’année dernière, au tour de Michel Tremblay d’être lu à voix haute chaque jour de la semaine aux « Midis littéraires », et cela par quelques-uns des plus grands comédiens qui ont porté sa voix depuis plus de quarante ans. Michel Tremblay, l’auteur que tout le monde a lu, que tout le monde aime, l’auteur célébré, chéri, adulé. Ses personnages appartiennent à notre inconscient collectif; ses romans et ses pièces de théâtre dessinent notre territoire imaginaire. Le printemps dernier, les murs du Théâtre d’Aujourd’hui ont tremblé lors de la recréation des Belles-Soeurs dans la version théâtre musical signée René Richard Cyr et Daniel Bélanger, et depuis, le spectacle parcourt la province. En fin de saison, le Théâtre du Nouveau Monde marquera les quarante ans de la création d’À toi, pour toujours, ta Marie-Lou. Au tour du Festival international de la littérature (FIL) de rendre hommage à Michel Tremblay.

Stéphane Lépine, directeur artistique de la série Les Midis littéraires
Production et présentation du FIL 2010



Mercredi 22 septembre
Gilles Renaud
lit La duchesse de Langeais


« On m’appelle "La duchesse de Langeais" parce que j’ai toujours rêvé de mourir soeur, Carmélite… En buvant du thé! » La duchesse de Langeais, dont le nom est évidemment une allusion au personnage de Balzac, est une « vieille pédale d’une soixantaine d’années en vacances quelque part dans les pays chauds » qui, le temps d’un monologue à la fois pathétique et à mourir de rire, convoque, comme le faisait remarquer Alexandre Lazaridès, « une foule fantôme qu’elle harangue, cajole ou conspue ». C’est Gilles Renaud, le comédien qui a créé le personnage de Cuirette dans Hosanna en 1973, qui s’offre aujourd’hui le plaisir d’incarner le temps d’une lecture cette « vraie, vraie, vraie folle (…), tapette comme y’en a pas! J’le sais! Pis ça me gêne pas! »



Jeudi 23 septembre
Michelle Rossignol
lit Un ange cornu avec des ailes de tôle


Dans la récente Histoire de la littérature québécoise (Boréal, 2007), les auteurs ne manquent pas de souligner à quel point « la littérature et l’art en général, du plus populaire au plus raffiné, jouent un rôle crucial dans l’élaboration des Chroniques.

L’art ne permet pas seulement de se distinguer socialement (…), mais aussi et surtout de s’évader (…), c’est là une manière - la seule - de vivre. Cette fonction salvatrice de l’art apparaît nettement dans les trois récits autobiographiques que Tremblay consacre respectivement au cinéma, au théâtre et à la littérature. » Michelle Rossignol, bouleversante en Pierrette Guérin dans Les belles-soeurs et dans Françoise Durocher, waitress, lit un des chapitres d’Un ange cornu avec des ailes de tôle, « véritable chant d’amour à l’unique passion d’une vie : les livres ».



Vendredi 24 septembre
Rita Lafontaine
lit Le passage obligé


Un hommage à Michel Tremblay, une semaine de lectures de textes de Michel Tremblay ne saurait être concevable sans la présence de Rita Lafontaine, compagne, complice, consoeur de création depuis plus de quarante ans. Elle fut de la distribution d’un nombre incalculable de pièces de Tremblay. Au fil des décennies, elle est devenue sa porte-parole, sa muse, en plus d’incarner sa mère de théâtre et quelques-uns de ses plus grands personnages. En clôture de nos cinq Midis littéraires, Rita Lafontaine, avec la permission spéciale de son ami de toujours, lira un extrait de son nouveau roman à paraître, Le passage obligé, extrait ayant pour titre « La dame du lac Long ». Une manière de redire combien l’oeuvre de Tremblay demeure vivante, toujours inventive et toujours chère à notre coeur.

L’oeuvre de Michel Tremblay est publiée chez Leméac Éditeur.

Jusqu’au vendredi 24 septembre, de 12h10 à 12h50
Salle de la Maison des Jeunesses musicales du Canada
Billets : 10. $ (régulier) | 8. $ (25 ans et moins / 65 ans et plus )
Série complète de 5 représentations : réduction de 20 %
Apportez votre lunch !



........


Théâtre littéraire
Premier amour


J'ai découvert tard dans ma vie à quel point les écrits de Samuel Beckett me touchaient. A quel point la profonde humanité de ses personnages, le rythme de ses phrases, la musicalité de son français, son humour terrible, sa poésie, m'étaient proches sans effort.

Texte : Samuel Beckett

Mise en scène : Sami Frey

Distribution : Sami Frey

Lumières : Frank Thévenon

Durée : 1h20 sans entracte. Spectacle créé à Paris au Théâtre de l’Atelier le 3 novembre 2009

Une présentation 16e Festival international de la littérature (FIL) en codiffusion avec l’Usine C.


Jusqu’au vendredi 24 septembre - 20h
samedi 25 septembre - 16h
40. $ (tarif unique)

Sami Frey a choisi de mettre en scène et d’interpréter Premier amour, un texte à la fois drôle et féroce mais aussi un des plus accessibles écrits par Samuel Beckett. Celui-là même qui nous avait enchantés avec son Je me souviens de Georges Perec, séduits avec sa lecture de la correspondance de Sartre et Beauvoir et bouleversés avec son Cap au pire, a accepté de revenir à Montréal pour nous offrir cette fois un spectacle qui lui colle parfaitement à la peau, un spectacle « d'une finesse inouïe, d'une subtilité miraculeuse » (Le Journal du Dimanche). Créé en novembre 2009 au Théâtre de l'Atelier, Premier amour a reçu un accueil extraordinaire tant du public que des médias français.

À un journaliste du Figaro, Sami Frey confiait : « Pour Premier amour, je n'ai pas voulu d'une lecture, mais d'une interprétation ». Il raconte aussi « avoir répété sur les bancs de Paris », avouant : « avec la multiplication des gens qui parlent dans les micros de leur portable, je ne passe plus pour un fou… et puis on peut s'enregistrer, se corriger… »

C’est en véritable virtuose qu’il s’empare de la langue de Samuel Beckett en interprétant seul en scène Premier amour, ce texte, écrit directement en français en 1945, qui préfigure déjà l'humour ravageur et le questionnement existentiel qui caractériseront toute l'oeuvre de l’auteur
d’En attendant Godot. À mi-chemin entre la mort et le désir, entre le silence et la parole, entre la cruauté et la tendresse, il affronte ici l'incertitude d'aimer. Un moment bouleversant.


Ce qu’ils en ont dit...

Sami Frey est éblouissant dès le premier instant. Parce qu’il ne s’inscrit jamais pesamment dans les mots (…) il leur insuffle mille résonances, mille échos d’innocence, de perversité, de mort et d’éternité mêlées. Il les hante et nous hante.
- Fabienne Pascaud, Télérama

Il habite le texte de Beckett de façon si musicale, si organique, qu'il se grave en celui qui l'écoute, dans ses moindres plis. Dire qu'avec ce Premier amour Sami Frey offre un moment rare est une litote.
- Fabienne Darge, Le Monde

Sami Frey impose avec une précision de virtuose les reliefs de Premier amour. Une présence, une voix unique, le texte est sien comme si la pensée de l’auteur nous était rendue lisible jusque dans ses ruptures.
- Armelle Héliot, Le Figaro

En à peine plus d'une heure, on a tout entendu, ressenti de ce Premier amour : les odeurs des morts et des vivants, la froide douceur de l'hiver, le poids des jambes de la jeune fille sur ses genoux (…) Et le cri, le cri d'amour désespéré qui vous poursuit toute la vie. Sami Frey et Beckett ne font plus qu’un. La salle retient son souffle un court instant, avant de saluer en un tonnerre d’applaudissement l’artiste et son double.
- Phlipppe Chevilley, Les Échos

Sami Frey est dans le texte de Beckett, fait corps avec lui. Larmes aux yeux devant tant d’élégance.
- Laure Adler, Le Journal du Dimanche

Sami Frey nous mène par le bout du nez, jusqu’à cette ultime phrase, prononcée par notre homme qui se fait la belle quand Lulu accouche : « Mais l’amour, cela ne se commande pas. » Toute la salle se met debout.
- Le Nouvel Observateur


...............

Le grand frankétienne à Montréal

Haïti debout
Un spectacle de mots, de musique et de chansons
en hommage à frankétienne


Ce spectacle met en scène une vision festive d’Haïti et son fil conducteur est la trajectoire de l’écrivain Frankétienne qui, après le séisme du 12 janvier, a continué à faire, tel que lui conseillait Dany Laferrière, « ce qu’il sait faire, c’est-à-dire peindre, écrire, jouer du théâtre et chanter ».

Le poète et éditeur Rodney Saint-Éloi, metteur en scène de cette soirée, avoue : « L’image centrale du pays s’incarne à travers la figure de Frankétienne; cet homme est donc toute une nation, comme le fut Toussaint Louverture. Je veux aussi en finir avec le misérabilisme postséisme et offrir une traversée littéraire et sociale d’Haïti, plus soucieuse d’avenir, de beauté. Et donc de grandeurs. Je veux que cette soirée montre une autre réalité du peuple haïtien qui, comme le souligne Jean Price-Mars, est "un peuple qui chante et qui souffre, qui peine et qui rit, un peuple qui rit, qui danse et se résigne. »

C’est dans cet esprit que Rodney Saint-Éloi a choisi de nous offrir une grande fête en mots et en musique mettant en valeur le côté jouissif de la culture haïtienne avec comme mot d’ordre « De l’espoir comme mode d’emploi », et ce, en présence de Frankétienne et d’écrivains, de musiciens et de chanteurs québécois, améridiens et haïtiens. Une soirée que l’on veut inoubliable pour clôturer la seizième édition du Festival international de la littérature (FIL) et le parcours des arts haïtiens VIV AYITI présenté dans le cadre des Journées de la culture 2010.

Idée originale, choix des textes et mise en scène : Rodney Saint-Éloi

Textes : Frankétienne, Dany Laferrière, Jacques Stephen Alexis, Davertige, René Depestre, Anthony Phelps, Ida Faubert, Jacques Roumain, Davertige, Carl Brouard, Georges Castera, Jean Price-Mars, Roger Dorsinville, Marie-Célie Agnant, Rodney Saint-Éloi, Émile Roumer.

Musiciens et chanteurs : Frankétienne (chant) - Chantal Lavigne (chant) - Katia Rock (percussions et chants) - Anthony Rozankovic (piano)

Diseurs : Joséphine Bacon, Franz Benjamin, Maxime Catellier, Frankétienne, Catherine Lalonde, Chantal Lavigne, Mireille Métellus, Pascale Montreuil, Stanley Péan, Katia Rock, Anthony Rozankovic, Michel Vézina et Louise Warren.

Production : FIL 2010 en collaboration avec Mémoire d’encrier

Présentation : 16e Festival international de la littérature (FIL)


Dimanche 26 septembre - 20h
Ouverture des portes - 19h
Lion d’Or - Entrée libre



Source : FIL







< - RETOUR - >