Communiqué



Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques

10 Mars 2010 - Huit Canadiennes et Canadiens de renom remportent les Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques remis par le Conseil des Arts du Canada.

Les lauréates et lauréats des Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques de 2010 ont été annoncés par le Conseil des Arts du Canada aujourd’hui, à la Cinémathèque québécoise à Montréal.

Le sculpteur haïda Robert Davidson, le cinéaste André Forcier, la peintre Rita Letendre, le vidéaste Tom Sherman, le photographe Gabor Szilasi et le peintre Claude Tousignant ont remporté les Prix en reconnaissance d’une carrière artistique exceptionnelle. La sculpteure sur verre Ione Thorkelsson a reçu le Prix Saidye-Bronfman pour l’excellence dans les métiers d’art, alors que Terry Ryan a remporté le Prix soulignant sa contribution exceptionnelle en tant que gestionnaire de longue date de la West Baffin Eskimo Co-operative de Cape Dorset, au Nunavut, et directeur de la Dorset Fine Arts, à Toronto.

« Je rends hommage à ces artistes qui, par leur vision singulière et leur immense talent, nous ouvrent grand les yeux sur toutes ces choses, en nous et autour de nous, que nous regardons parfois sans voir vraiment », a déclaré Son Excellence la très honorable Michaëlle Jean, gouverneure générale du Canada.

« Ces prix prestigieux de carrière célèbrent des carrières marquées par la créativité et la poursuite de l’excellence, a déclaré le président du Conseil des Arts, Joseph Rotman. Le talent extraordinaire, l’imagination et les réalisations de ces huit personnes nous rappellent à quel point les arts contribuent à la vitalité de la société canadienne ».
La gouverneure générale du Canada remettra les Prix 2010 lors d’une cérémonie qui se tiendra le mercredi 31 mars à 18 h, à Rideau Hall. Chaque lauréate et lauréat recevra, outre son prix de 25 000 $, une œuvre créée par l’artiste Tony Urquhart, lauréat de l’un des Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques de 2009.

Les Prix du Gouverneur général en arts visuels et en arts médiatiques
Créés en juin 1999 et remis pour la première fois en mars 2000, les Prix sont financés et administrés par le Conseil des Arts du Canada. Les Prix reconnaissent la carrière exceptionnelle d’artistes canadiens des arts visuels et des arts médiatiques, ainsi qu’une contribution remarquable aux arts visuels et aux arts médiatiques sous forme de bénévolat, de philanthropie, de participation aux travaux de conseils d’administration, d’activités de rayonnement communautaire ou d’activités professionnelles.

Le prix Saidye Bronfman, qui souligne l’excellence dans le domaine des métiers d’art, fait partie des Prix du Gouverneur général. Il est financé par les revenus d’une dotation de 1,5 million de dollars, don remis par la Fondation de la famille Samuel et Saidye Bronfman au Conseil des Arts en 2006. De plus, le soutien de la Fondation au Musée canadien des civilisations lui a permis de faire l’acquisition des œuvres des lauréats du Prix Saidye-Bronfman.

.......
Notes biographiques
.......

Robert Davidson

Figure clé dans la renaissance de l’art haïda, Robert Davidson est célèbre pour ses totems, ses masques, ses peintures, ses gravures et ses bijoux. Dès l’âge de 13 ans, il s’adonne à la sculpture, en étudiant auprès de son père et de son oncle. Il travaille brièvement dans le studio de Bill Reid en 1966-1967, puis il étudie à la Vancouver School of Art par la suite. En 1969, il sculpte le premier totem érigé à Haida Gwaii en 90 ans. Ses œuvres, qui font l’objet de nombreuses monographies et expositions majeures, se trouvent notamment dans les collections de la Vancouver Art Gallery, du Musée canadien des civilisations et du Musée des beaux-arts du Canada. Il est récipiendaire de l’un des Prix nationaux d’excellence décernés aux Autochtones (1995) et membre de l’Ordre du Canada (1996). M. Davidson vit à White Rock, en Colombie-Britannique.


André Forcier
André Forcier
est arrivé au cinéma par hasard : au collège, on lui impose l’option cinéma. En 1967, son court-métrage étudiant attire l’attention du cinéaste Gilles Carle. Au début des années 1970, à peine âgé de 25 ans, il effectue une entrée remarquée sur les scènes québécoise et internationale avec Bar Salon (Sirène d’argent au Festival de Sorrente, en Italie, et Prix de la critique de l’Association des critiques de cinéma du Québec). La suite confirme l’originalité de son univers et la démesure poétique de ses personnages. Premier récipiendaire du prix André-Guérin de la Société Saint-Jean-Baptiste (1990), il reçoit le Prix du Québec en 2003 pour l’ensemble de son œuvre. La cinématographie d’André Forcier recèle des films cultes - L’eau chaude, l’eau frette, Une histoire inventée, Le vent du Wyoming -, et l’impénitent d’il y a 40 ans continue de nous offrir des films dont la signature est celle d’un grand auteur. Il habite à Longueuil, Québec.


Rita Letendre
Une des rares femmes peintres à avoir acquis une renommée enviable dans l’après-guerre, Rita Letendre est associée aux automatistes québécois, qui ont transformé la pratique picturale au Canada. Active en Europe et en Israël au début des années 1960, elle remporte une médaille d’or dans le cadre de l’exposition Piccola Europa, en Italie.
À Los Angeles et à New York, elle s’impose ensuite comme muraliste d’exception. En 1965, elle réalise Sunforce, à l’époque la plus grande murale extérieure, aux États-Unis, pour le California State College à Long Beach, puis Sunrise, murale de 60 pieds sur 60, réalisée en 1971 pour le Ryerson Polytechnic Institute, à Toronto. Poursuivant son travail sur toile et sur papier en utilisant les pinceaux et l’aérographe, elle étudie les effets de lumière propres à la couleur pulvérisée puis elle combine les deux techniques dans les années 1970 et 1980. Depuis, elle a poursuivi ses explorations en peignant à l’huile des tableaux de différentes grandeurs. Mme Letendre est l’une des récipiendaires de l’Ordre du Québec (2002) et Officier de l’Ordre du Canada (2005). Elle vit à Toronto.


Terry Ryan (Contribution exceptionnelle)
Depuis une cinquantaine d’années, par son leadership, l’artiste Terry Ryan a facilité la réussite de trois générations d’artistes inuits. En 1960, un poste temporaire de conseiller artistique à la West Baffin Eskimo Co operative de Cape Dorset lui révèle sa vraie vocation. À titre de gestionnaire de la Co op, il est responsable de l’approvisionnement en pierres destinées à la sculpture, de la distribution de crayons et papier pour favoriser le dessin et de l’embauche de maîtres graveurs.

Il instaure des programmes de métiers d’art et de visites d’artistes, développe un réseau de marchands d’art couvrant l’Amérique du Nord et l’Europe, organise la production du catalogue annuel d’estampes de Cape Dorset, puis fonde le centre de marketing et de distribution Dorset Fine Arts, à Toronto. En tant que gestionnaire financier et administratif, il contribue au maintien de la stabilité et de l’orientation de la Co op. Il est à présent directeur émérite de la West Baffin Eskimo Co-operative. M. Ryan réside à Toronto.


Tom Sherman
Peu après avoir terminé un baccalauréat en beaux-arts à la University of Eastern Michigan, Tom Sherman s’installe au Canada (1972), où il devient une figure marquante de l’art vidéographique. Il est cofondateur du centre d’artistes autogéré A Space Video (1973) et de Fuse Magazine (1978). Au début des années 1980, il travaille au Conseil des Arts du Canada et, en 1983, y fonde le Service des arts médiatiques. En 1980, il représente le Canada à la Biennale de Venise. Ses œuvres font l’objet de plusieurs expositions d’envergure, dont une rétrospective au Musée des beaux-arts du Canada (1983) et une participation au Festival international du film sur l’art de Montréal (2005). En 2003, il remporte le Prix Bell Canada d’art vidéographique. Il est aujourd’hui professeur d’art vidéographique à la Syracuse University et, lorsqu’il n’enseigne pas, vit près de Liverpool, en Nouvelle-Écosse.


Gabor Szilasi
En 1957, Gabor Szilasi fuit le régime communiste de Hongrie et immigre au Canada avec son père. De 1959 à 1971, photographe à l’Office du film du Québec, il poursuit aussi ses propres explorations photographiques. Son premier grand projet sur les communautés de Charlevoix et de l’Isle-aux-Coudres, réalisé dans les années 1970, illustre déjà la curiosité quasi documentaire et le respect qu’il porte à ses sujets. Par la suite, l’ampleur de son exploration des communautés du Québec confirme sa faculté unique d’interpréter et de saisir l’environnement ambiant. Figure déterminante de la photographie au Canada, exposé dans le monde entier, lauréat du Prix Paul-Émile-Borduas 2009, professeur au Cégep du Vieux Montréal puis à l’Université Concordia, M. Szilasi a influencé plusieurs générations de photographes. Véritable système de référence sur l’architecture, les différentes époques, la vie rurale et les paysages urbains, les photographies de M. Szilasi constituent aujourd’hui un corpus éloquent d’un profond humaniste. Il vit à Westmount, au Québec.


Ione Thorkelsson (Prix Saidye-Bronfman)
Ione Thorkelsson commence sa carrière en étudiant l’architecture à l’Université du Manitoba. Fascinée par le verre, elle change par la suite de voie pour explorer le travail du verre. En 1973, elle apprend la technique du verre soufflé, construit son propre atelier et entreprend de créer des vases, des flacons de parfum et d’autres contenants. En grande partie autodidacte, elle n’a, comme unique formation artistique, qu’un cours en art du verre au College Sheridan, en 1979. En 1983, elle commence à explorer la technique du verre coulé, en puisant ses sujets dans la nature (les oiseaux, les insectes, les os). Ses oeuvres sont exposées au Canada, aux États-Unis, en Europe et à Hong Kong. On les trouve également dans les collections du Musée des beaux-arts de Winnipeg, du Musée canadien des civilisations et de Rideau Hall. Mme Thorkelsson vit à Roseisle, au Manitoba.


Claude Tousignant
Claude Tousignant
a peint pour la première fois à l’âge de 12 ans, en reproduisant les images d’un calendrier de l’Oratoire Saint-Joseph. Ce fut là un des rares instants de figuration de la carrière de cette figure dominante de l’abstraction picturale. Depuis 60 ans, il poursuit ses recherches sur le non-figuratif avec une rigueur et une constance exemplaire. Reconnu pour ses emblématiques et vibrants cercles, notamment les séries Accélérateurs et Gongs, puis Dyptiques, le peintre et sculpteur a exploré comme nul autre les qualités de la couleur, de la forme, de l’espace et du mouvement. Il a fait l’objet de nombreuses rétrospectives dont, la plus récente, au Musée d’art contemporain de Montréal. Acclamé dans le monde entier, maintes fois primé (Prix Victor-Martin-Lynch-Staunton, Prix Paul-Émile Borduas, entre autres), Claude Tousignant a produit une oeuvre imposante par sa richesse, sa diversité et sa résonance. Il habite à Montréal.



Sélection des lauréats
Pour être recommandés pour l’un des prix artistiques, les candidats doivent avoir créé un ensemble d’œuvres exceptionnel et avoir apporté une contribution marquante au développement des arts visuels ou médiatiques pendant une période importante. Les candidats sélectionnés pour le prix Saidye Bronfman doivent avoir apporté une contribution marquante au développement des métiers d’art au Canada pendant une période importante.

Cette année, le comité d’évaluation par les pairs était composé des artistes suivants : Bruce Elder (Toronto), Garry Kennedy (Halifax), Peter Krausz (Montréal), Shelley Niro (Brantford, Ont.), Michka Saäl (Montréal) et Renée Van Halm (Vancouver). Les membres du comité d’évaluation pour le Prix Saidye Bronfman étaient Lee Brady (Saskatoon), Steven Heinemann (Richmond Hill, Ont.) et Sylvie Lupien (Montréal).



Renseignements généraux
Outre son rôle premier de promouvoir et de favoriser les arts, le Conseil des Arts du Canada administre plusieurs bourses et prix prestigieux en art, sciences humaines, sciences sociales, sciences naturelles, sciences de la santé, génie et gestion des arts. Ces prix et bourses reconnaissent les réalisations d’artistes, chercheurs et administrateurs canadiens exceptionnels. Le Conseil des Arts du Canada s’est engagé à accroître la sensibilisation du public envers ces personnes et organismes d’exception et à leur rendre hommage à l’échelle nationale comme internationale.

Visitez le page web des prix et bourses (http://www.conseildesarts.ca/prix/default.htm)



Source : RAAV







< - RETOUR - >