Communiqué



Décès de l’artiste Micheline Beauchemin

1 Octobre 2009 - Ottawa (Canada) – C’est avec une profonde tristesse que le Centre national des Arts (CNA) a appris le décès de Micheline Beauchemin, l’une des artistes visuelles les plus réputées du Canada et la créatrice du célèbre « Rideau Beauchemin », toujours en exploitation à la salle Southam du CNA.

En 1966, Mme Beauchemin s’est vu confier la confection du rideau – un doncho traditionnel japonais ou tapisserie de scène – pour l’ouverture du Centre national des Arts. Cette même année, elle s’est rendue à Kyoto au Japon, à l’atelier de tissage Kawashima, pour superviser la création d’une gigantesque œuvre de 23 mètres sur 13 mètres. Cet atelier était le seul au monde doté d’un métier à tisser suffisamment grand pour permettre la réalisation de l’œuvre de l’artiste. Entourée d’artisans de l’atelier, Mme Beauchemin a mis dix mois à terminer le rideau.


« Le Rideau Beauchemin est la première œuvre d’art présentée au Centre national des Arts à avoir reçu une ovation », a déclaré Peter Herrndorf, président et chef de la direction du CNA. « À leur entrée dans la salle le 2 juin 1969 pour le programme inaugural du CNA, Kraanerg, donné par le Ballet national du Canada, les spectateurs ont applaudi spontanément en apercevant le magnifique rideau de scène de Micheline Beauchemin. Voilà le genre d'impact qu'avaient les oeuvres de Micheline. En fait, elle a donné le ton à nombre de prestations puissantes qui se sont succédé sur les scènes du Centre national des Arts. »


Et d’ajouter M. Herrndorf : « Madame Beauchemin aura compté parmi les artistes canadiens les plus accomplis. Au nom du personnel et du Conseil d’administration du Centre national des Arts, je veux transmettre nos plus sincères condoléances à ses proches. »


Extrait de la biographie de Micheline Beauchemin conservée à Bibliothèque et Archives Canada :


Née à Longueuil, au Québec, Micheline Beauchemin a étudié à l’École des beaux-arts de Montréal, à l’École des beaux-arts de Paris, puis à l’Académie de la Grande Chaumière de Paris. Elle y a étudié le vitrail et le dessin, et a remporté un premier prix dans ces disciplines à Paris.


Madame Beauchemin a développé son talent artistique d’abord à travers la peinture et les vitraux. Elle a commencé à s’intéresser aux murailles, aux broderies et aux tapisseries lors d’un voyage en Grèce. C’est là aussi qu’elle commence à expérimenter de nouvelles textures et couleurs. En 1953, elle tient sa première exposition; elle présente ses vitraux à Chartres, en France. Quelques années plus tard, en 1956, elle expose ses premières tapisseries au Palais des Beaux-Arts de Chartres.


Après ce long séjour en Europe et en Afrique du Nord, Micheline Beauchemin revient au Canada en 1957. Elle participe à la première Exposition nationale d’artisanat du Canada. Deux de ses tapisseries sont choisies pour parer le pavillon canadien à l’Exposition internationale de Bruxelles, en Belgique. Cette même année, Mme Beauchemin travaille aussi pour Radio-Canada à titre de costumière pour le théâtre et pour la télévision.


Au cours des années 1960, elle se rend au Japon, en Chine, en Birmanie, au Mexique, au Cambodge, en Amérique latine et en Inde pour approfondir ses connaissances des nouvelles technologies et techniques ainsi que des matériaux et des motifs les plus récents. Elle étudie en particulier le tissage de rideaux de scène au Japon. Ses voyages autour du globe ont une grande incidence sur son travail et enrichissent son répertoire de couleurs et de matériaux tels que la laine, les fils métalliques, la soie, le coton, le nylon, l’acrylique, l’aluminium, les fils d’or et d’argent et la rayonne.


Le rideau d’acrylique qu’elle a fait pour la Grande Salle du Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts à Montréal (1963-1967) et le rideau de scène du Centre national des Arts à Ottawa (1966-1969) comptent parmi ses tapisseries les plus connues. Elle a été commissionnée aussi pour réaliser des tapisseries à Queen’s Park à Toronto (1968-1969), dans l’édifice des sciences sociales à la York University (1970), pour la Compagnie de la Baie d’Hudson à Winnipeg (1970), au pavillon canadien à l’Expo de 1970 à Osaka, pour le ministère du Revenu à Québec, ainsi qu’à bien d’autres endroits.


Ses œuvres font partie des collections du Musée des beaux-arts du Canada à Ottawa, du Musée des beaux-arts de Montréal, du Musée du Québec à Québec, de l’aéroport Pearson à Toronto, du Conseil des Arts du Canada à Ottawa, du Musée des civilisations de Gatineau, de la Bibliothèque centrale de Québec, du Centre des données fiscales de Shawinigan, de l’Édifice du Revenu à Québec, de l’hôtel de ville de North York à Toronto, ainsi que d’entreprises de Montréal, de San Francisco et de Tokyo. En 1990, Elle a exposé ses œuvres à la Place des Arts de Montréal.


Madame Beauchemin a reçu plusieurs prix et distinctions dont la Médaille d’argent du Centenaire du Canada (1967), le Prix du Conseil des Arts du Canada (1967), le titre d’Officier de l’Ordre du Canada (1973), la Médaille de l’Institut royal d’architecture du Canada (1982), le Prix d’excellence Saidye-Bronfman (1982), un doctorat honoris causa en arts de l’Université Laval (1983), le Prix de l’Institut canadien de Québec, le Prix d’excellence Lucien-Desmarais « La Navette d’or » (1988) ainsi que le titre de Chevalier de l’Ordre national du Québec (1991).


-30-



Source : Carl Martin, Communications, CNA







< - RETOUR - >