Communiqué



Oliver Jones sera le mentor de Dione Taylor...

27 Janvier 2009 - dans le cadre du programme de mentorat 2009 des Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène.

Le Centre national des Arts (CNA) est fier d'annoncer que l'illustre légende du jazz Oliver Jones a choisi d'agir comme mentor auprès de Dione Taylor, jeune chanteuse au talent extraordinaire, par l'entremise du programme de mentorat 2009 des Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène.

Le programme donne aux lauréats des Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène, qui ont reçu la distinction la plus élevée de leur pays dans le domaine des arts, l'occasion d'encadrer les artistes canadiens de demain. M. Jones a reçu le Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène pour l'ensemble de ses réalisations en musique populaire en 2005.

Les noms des lauréats 2009 des Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène, seront dévoilés le 2 mars prochain à l'occasion d'une conférence de presse au Young Centre à Toronto.

Partenariat entre la Fondation des Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène et le CNA, le programme de mentorat a été conçu pour aider les artistes en début ou en milieu de carrière. S'il est vrai que de nombreux programmes de bourses aident les « nouveaux » artistes, les professionnels talentueux en début ou en milieu de carrière ont pour leur part souvent besoin d'un élan créateur et pourraient profiter d’une vitrine nationale. Le programme de mentorat sera à la fois un catalyseur de créativité et un investissement dans la réussite artistique future au Canada.

« Je suis extrêmement ravi de pouvoir collaborer avec Mme Taylor et d'offrir une forme d'orientation à une jeune virtuose si brillante, a déclaré M. Jones. Je me sens honoré d'avoir l'occasion de travailler avec elle et de jouer ne serait-ce qu'un petit rôle dans son épanouissement professionnel. »

Madame Taylor a exprimé sa joie d'avoir été choisie par le programme de mentorat : « C'est pour moi un honneur d’être reconnue de cette manière et de pouvoir collaborer avec Oliver Jones, qui a apporté une immense contribution à l'industrie musicale et fait partie d'une merveilleuse tradition pour laquelle j'ai le plus grand respect. »

En plus de recevoir l'encadrement et les conseils professionnels de M. Jones, madame Taylor se produira au Gala des Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène, qui se tiendra le 9 mai 2009, et recevra en prix un cachet.

« Le Centre national des Arts est heureux de pouvoir contribuer à offrir ce genre de possibilités, qui permettent aux artistes canadiens de bénéficier des talents et de l’expérience de figures emblématiques canadiennes de la scène artistique », a affirmé Peter Herrndorf, président et chef de la direction du Centre national des Arts.

Les Prix du Gouverneur général pour les arts de la scène sont une célébration de l’excellence qui permet à tous les Canadiens et à toutes les Canadiennes de découvrir de nouveaux artistes et de connaître les réalisations artistiques dans diverses disciplines, nous invitant ainsi à rendre hommage aux artistes de la scène dont la passion nous émeut, nous divertit et nous inspire. Bell est le commanditaire fondateur des Prix depuis 1992.


- 30 -



Source : Jayne Watson,
Directrice des communications, Centre national des Arts.


...........

BIOGRAPHIES

...........


Oliver Jones


Le pianiste de jazz Oliver Jones est un des musiciens les plus adorés et admirés au Canada. Au cours des six dernières décennies, il est devenu un de nos ambassadeurs culturels les plus éminents et une véritable légende dans la communauté internationale de jazz. Inlassable, il a parcouru le Canada et le monde entier en tournée et s'est consacré aux jeunes musiciens canadiens en les aidant à lancer leur carrière. Outre ses prestations en concert, dans des clubs, à de prestigieux festivals internationaux ou avec des orchestres réputés du Canada, il a enregistré 22 albums.

Né à Montréal en 1934, il étudie le piano avec Daisy Peterson, la sœur de son ami Oscar Peterson. Il fait ses débuts sur scène à l'âge de cinq ans et joue dans les clubs dès l'âge de neuf ans. Bien que son père l'ait encouragé à devenir comptable, le jeune Oliver a toujours su qu'il serait musicien.

À ses débuts, il mène une éclectique carrière musicale à Montréal. Il travaille ensuite comme directeur musical à Puerto Rico et, en 1980, il revient au pays bien déterminé à se consacrer au jazz. Il déniche un emploi chez Biddles, un club légendaire du centre-ville, et c'est à ce moment que sa carrière débute véritablement.

Son remarquable talent musical n'a d'égal que l'immense modestie et générosité qu'il témoigne à son public, ses camarades musiciens et surtout, aux jeunes artistes.

Bien qu'il ait pris « sa retraite » en 1999, il donne plusieurs prestations chaque année, notamment dans de nombreuses activités bénéfices et dans des festivals de jazz à travers le Canada.

Oliver Jones à reçu, entre autres distinctions, l'Ordre du Canada, l'Ordre du Québec, de nombreux prix Félix et Juno, le Martin Luther King, Jr. Award for Excellence in Music, et quatre doctorats honorifiques.


Dione Taylor

C’est avec son style fougueux et sa voix expressive imprégnée de gospel, de blues et de jazz que Dione Taylor fait son apparition sur la scène musicale en 2004. Open Your Eyes, son premier album, ne tarde pas à lui valoir des nominations aux Juno, aux Canadian Urban Music Awards et aux National Jazz Awards, et est nommé l’un des meilleurs albums de l’année 2004 par la plus importante station de radio canadienne spécialisée dans le jazz, Jazz.FM91.

Fille d’un pasteur de la Saskatchewan, Madame Taylor baigne depuis toujours dans un univers musical. Élevée dans une famille qu’elle considère « profondément attachée au don du chant », elle commence à jouer de l’orgue à quatre ans et, six ans plus tard, elle est organiste et directrice musicale à la Shiloh Assembly Church (Église apostolique) à Regina. À la remise de son diplôme d’études secondaires, la musicienne se voit offrir deux bourses pour une formation en chant. Elle choisit l’Université de Regina, où elle se spécialise en chant (classique et d’opéra). Puis, la carrière de MmeTaylor prend un nouveau tournant lorsqu’elle s’inscrit au programme de jazz internationalement reconnu du Humber College of Applied Arts and Technology. La chanteuse se démarque si bien durant ses études que l’établissement lui décerne le Thomas Kehoe Memorial Award pour la meilleure interprétation en chant, et qu’elle obtient son diplôme avec mention en 2003. Pendant ces années d’études collégiales, elle s’inscrit à un concours international pour étudiants de jazz et est choisie parmi les six musiciens de divers pays du monde qui feront partie du programme Jazz and the New Generation, dirigé par Billy Taylor et parrainé par le Kennedy Centre à Washington D.C. Les six musiciens se produisent à un concert prestigieux sur la scène Millennium.

Sûre d’elle et dotée d’un charme irrésistible, Madame Taylor a eu l’occasion de chanter pour des présidents et des souverains. En juin 2004, deux semaines seulement après avoir lancé son premier album, elle est invitée à prendre part à un concert célébrant le mois de la musique des Noirs aux États-Unis et se déroulant à la Maison Blanche, devant le président et la première dame du pays. Moins d’un an plus tard, elle se retrouve aux côtés d’autres célébrités pour un spectacle donné devant la reine Elizabeth II, le duc d’Édimbourg et Joni Mitchell dans le cadre du Gala des arts d’interprétation du centenaire de la Saskatchewan. Parmi ses autres engagement notables, mentionnons le Nightlife Jazz Tour de 2005, la Women’s Blues Revue, au célèbre Massey Hall de Toronto, et le Festival International de Jazz de Montréal de 2005, où elle chante en compagnie des divas de la musique soul Patti LaBelle et Ann Peebles ainsi que du légendaire groupe The Neville Brothers. En novembre 2006, à l’occasion du Gala des prix du Gouverneur général pour les arts de la scène, la chanteuse canadienne a l’honneur d’interpréter The Weight pour Robbie Robertson, du groupe The Band, en reconnaissance du Prix de la réalisation artistique qu’il remporte cette année là.

Avec son deuxième album, I Love Being Here With You (Marquis/EMI Music Canada), Madame Taylor se montre une jeune artiste brillante et accomplie. Sa musique y est immanquablement du jazz, mais l’album reflète également son amour et ses antécédents en gospel, en rythm and blues et en soul. Son oreille musicale si parfaitement développée s’accorde agréablement à sa voix rauque et pleine qui charme par son expressivité. Madame Taylor fait preuve d’un grand éclectisme : elle cite comme influences et sources d’inspiration la reine du soul Aretha Franklin, la chanteuse de jazz Sarah Vaughan, la cantatrice Leontyne Price et le musicien de jazz à la voix veloutée Johnny Hartman. L’album a été produit par Doug Riley (Ray Charles, David Clayton-Thomas, The Brecker Brothers) et Sandy Mamane, et a fait appel à la participation de Jake Langley, de Guido Basso, de Pat LaBarbera, de Terry Clarke ainsi que du pianiste prodigieux de renom international Benny Green.

En novembre 2008, I Love Being Here With You est sorti au Japon et, le mois suivant, Mme Taylor a offert un concert de Noël à guichet fermé au Bunkamura Orchard Hall à Tokyo. L’artiste a été mise en nomination pour un prix Gemini de 2008 pour son interprétation de l’Hymn to Freedom d’Oscar Peterson, chanté avec Oliver Jones à l’occasion du Gala du Panthéon des auteurs et compositeurs canadiens.







< - RETOUR - >