Communiqué



Louise Déry et Ken Lum honorés

9 Décembre 2007 - L’artiste Ken Lum et la commissaire Louise Déry se méritent les Prix de la Fondation Hnatyshyn

Les lauréats des Prix de la Fondation Hnatyshyn pour les arts visuels de 2007 sont l’artiste vancouverois Ken Lum et la commissaire et directrice de galerie montréalaise Louise Déry. Le prix de 25 000 $ rendant hommage à l’oeuvre remarquable d’un artiste canadien et celui de 15 000 $ soulignant l’excellence d’un commissariat en art contemporain ont été remis aux lauréats ce soir à Ottawa par Gerda Hnatyshyn, C.C., présidente de la Fondation Hnatyshyn, lors du Sommet sur les arts visuels, la plus grande rencontre sur les arts visuels jamais tenue au Canada.

Les lauréats ont été sélectionnés par un jury d’experts en arts visuels en provenance des quatre coins du pays : Diana Nemiroff, directrice de la Galerie d’art de l’Université Carleton, Ottawa ; Jon Tupper, directeur du Musée des beaux-arts du Centre des arts de la Confédération, Charlottetown ; Christine Ross, professeure associée, département d’histoire de l’art de l’Université McGill, Montréal ; Robert Enright, critique d’art de Winnipeg ; et Liz Magor, artiste de Vancouver.

Le travail de Ken Lum, né à Vancouver en 1956, a fait l’objet d’expositions sur la scène internationale depuis 1978. Son oeuvre de nature grégaire et engageante a été présentée dans de nombreux événements dont la Biennale de Sydney (1992), la Biennale de São Paulo (1998), la Biennale de Shanghai (2000), la Documenta XI (2002), la Biennale de Liverpool (2006) et la Biennale d’Istanbul (2007). Il a également une longue carrière en enseignement au département des beaux-arts de l'Université de la Colombie-Britannique, de même qu’à titre de professeur invité en France, en Allemagne et en Chine. Il enseigne présentement au Bard College dans l’État de New York.

En recommandant Lum pour le prix de la Fondation Hnatyshyn, le jury a souligné les multiples facettes de sa pratique artistique : « Que ce soit des installations présentant des assemblages de mobilier et de décor qui déjouent les attentes du spectateur vis-à-vis la façon d’y pénétrer physiquement, ou des portraits photographiques ornés de graphiques publicitaires, l’oeuvre de Ken Lum se sert d’exemples connus dans le design commercial qu’il inscrit dans des situations défiant les limites du bon goût. Reconnaissant que la formation de l’identité est alimentée par les influences sociales et commerciales, Lum estompe les frontières entre l’esthétique traditionnelle et populaire dans le but de révéler les assises de notre pensée contemporaine. En plus de sa production artistique, Ken Lum a constamment mis au défi les préceptes du milieu de l’art établi en faisant des présentations publiques et en se consacrant à l’écriture et à l’enseignement. Il cherche en particulier à ouvrir le champ de l’art à des artistes non européens. En 2000, il était directeur fondateur de Yishu: Journal of Contemporary Chinese Art, et il a également entrepris des travaux de commissariat en Afrique, en Chine et aux Émirats arabes unis. Dans leur ensemble, les activités de Ken Lum constituent un engagement critique et actif avec le public quant à la nature de l’art, à son utilisation et à son accessibilité. »

Le Prix d’excellence de la Fondation Hnatyshyn pour le commissariat en art contemporain a été décerné à Louise Déry, directrice de la Galerie de l’Université du Québec à Montréal (UQAM). Louise Déry est détentrice d’un Ph.D. en histoire de l’art de l’Université Laval. Elle a été, notamment, conservatrice de l’art actuel puis directrice de la Galerie du Musée national des beaux-arts du Québec et conservatrice de l’art contemporain au Musée des beaux-arts de Montréal. Ses nombreuses réalisations à titre de commissaire en art contemporain ont permis de faire rayonner l’art québécois et canadien sur la scène nationale et internationale, particulièrement en France, en Belgique et en Italie, ainsi qu’en Chine, au Japon et aux États-Unis. En 2007, Madame Déry a été commissaire de l’exposition de David Altmejd au pavillon canadien de la Biennale de Venise, un des grands succès (reconnu comme tel par la presse nationale et internationale) de cet événement prestigieux de l’art contemporain.

Dans sa recommandation concernant le prix, le jury soulignait la rigueur intellectuelle qui caractérise le travail de Louise Déry : « Ses expositions démontrent une capacité à générer une réflexion sur ce qui constitue notre contemporanéité. Cette ambition de réflexion s’est matérialisée, entre autres, dans la production de catalogues remarquables qui entremêlent un souci de vulgarisation et une lecture raffinée des oeuvres, une attention à la part visuelle de l’oeuvre et son interprétation. »

Mise sur pied par le regretté très honorable Ramon John Hnatyshyn, vingt-quatrième gouverneur général du Canada, la Fondation Hnatyshyn est un organisme de bienfaisance enregistré sous la loi fédérale. Ses programmes sont financés par des dons du gouvernement, de fondations, d’entreprises et de particuliers. Le ministère du Patrimoine canadien a versé, en fonds d’appariement, presque 2,4 millions de dollars à la Fondation.

Des renseignements sur la Fondation Hnatyshyn et ses programmes sont disponibles sur le site Web de la Fondation http://www.rjhf.com


-30-



Source : Fondation Hnatyshyn


__________________________________________


PRIX POUR LES ARTS VISUELS


Lauréat de 2007
Prix d'excellence pour le commissariat en art contemporain
Louise Déry


Le Prix d'excellence 2007 de la Fondation Hnatyshyn pour le commissariat en art contemporain a été décerné à Louise Déry, Directrice de la Galerie de l'Université du Québec à Montréal (UQAM). Louise Déry est détentrice d'un PhD en histoire de l'art de l'Université Laval. Elle a été, notamment, Conservatrice de l'art actuel puis Directrice de la Galerie du Musée au Musée national des beaux-arts du Québec (1987-1991) et Conservatrice de l'art contemporain au Musée des beaux-arts de Montréal (1992-1995).

Ses nombreuses réalisations à titre de commissaire en art contemporain ont permis de faire rayonner l'art québécois et canadien sur la scène nationale et internationale, particulièrement en France, en Belgique et en Italie, ainsi qu'en Chine, au Japon et aux États-Unis. Ses expositions thématiques, portant sur la question de l'art public (Paysages Verticaux, 1989), de l'art engagé (L'Art inquiet, 1998), de la conversation (Are you talking to me?, 2003), du rapport art-écriture (Glissements, 2005), de l'identité (Un archipel de désirs, 1991; Espaces intérieurs, 1998) et de l'absence (L'image manquante, 2004), témoignent d'une aptitude unique à cerner les enjeux importants de l'art actuel.

Plusieurs de ses publications ont marqué le développement de l'histoire de l'art québécois puisqu'elles ont été les premières monographies écrites sur des artistes aujourd'hui incontournables (Dominique Blain, Roberto Pellegrinuzzi, Peter Gnass, Myriam Laplante, Jocelyn Robert, Raphaëlle de Groot, par exemple). Louise Déry s'est particulièrement distinguée à titre de Directrice de la Galerie UQAM, poste qu'elle occupe depuis 1997. Depuis son arrivée, la galerie s'est peu à peu confirmée comme une des galeries d'art les plus rigoureuses de la scène canadienne. En 2007, Madame Déry consolidait la réputation de l'institution en tant que commissaire de l'exposition de David Altmejd (Index) au pavillon canadien de la Biennale de Venise, un des grands succès (reconnu comme tel par la presse nationale et internationale) de cet événement prestigieux de l'art contemporain.

Dans sa recommandation concernant le prix, le jury soulignait la rigueur intellectuelle qui caractérise le travail de Louise Déry : « Ses expositions démontrent une capacité à générer une réflexion sur ce qui constitue notre contemporanéité. Cette ambition de réflexion s'est matérialisée, entre autres, dans la production de catalogues remarquables qui entremêlent un souci de vulgarisation et une lecture raffinée des oeuvres, une attention à la part visuelle de l'oeuvre et son interprétation. »


__________________________________________


PRIX POUR LES ARTS VISUELS


Lauréat de 2007
Prix d'excellence pour l'oeuvre remarquable d'un artiste
Ken Lum


L'un des artistes canadiens les plus présents sur la scène internationale, Ken Lum est né à Vancouver en 1956. Il a terminé un baccalauréat en science à la Simon Fraser University en 1980 et une maîtrise en beaux-arts à l'Université de la Colombie-Britannique (1985) où il est par la suite devenu professeur en beaux-arts. Il a également été professeur invité à l'École nationale supérieure des beaux-arts à Paris, à l'Akademie der Bildende Kunst à Munich et à l'Académie chinoise des arts à Hangzhou, en Chine. Il est présentement professeur à la Graduate School of the Arts au Bard College dans l'État de New York.

Bien que Lum ait eu recours à la sculpture et à la peinture dans sa pratique, ce sont ses oeuvres photo-textuelles qui lui ont mérité l'attention internationale au cours des dernières années. Utilisant le portrait comme modèle de travail, Lum commente différents aspects de la vie et de l'art contemporains en juxtaposant du texte, qu'il s'agisse du nom d'une personne ou d'un fragment de pensée ou de dialogue, et des photographies de gens dans des situations et des environnements ordinaires (mais mis en scène).

Le travail de Lum a fait l'objet d'expositions sur la scène internationale depuis 1978. Son oeuvre de nature grégaire et engageante a été présentée dans de nombreuses et prestigieuses expositions d'art internationales, dont la Documenta XI à Kassel en Allemagne (2002), la Biennale de Shanghai (2000), la Biennale de Sydney (1992), le Carnegie International à Pittsburgh (1991), la Biennale de São Paulo (1998), la Biennale de Venise (1995, 2001), la Biennale de Johannesburg (1997) et la Biennale d'Istanbul (2007). Une grande exposition personnelle de son travail était organisée en 1990 par le Witte de With Centre for Contemporary Art à Rotterdam, la Vancouver Art Gallery et la Winnipeg Art Gallery, alors qu'une rétrospective de son œuvre intitulée « Ken Lum. Le travail de l'image » était montée et mise en circulation par le Musée canadien de la photographie contemporaine en 2002. À l'été 2007 était présentée sa première exposition personnelle en Chine, soit à la Tang Contemporary Art Gallery à Pékin. Il a également créé des oeuvres d'art public pour les villes de Vancouver, de Vienne (Autriche), de Strasbourg (France) et de Sienne (Italie), de même que dans la région de La Plaiv en Suisse.

En recommandant Lum pour le Prix de la Fondation Hnatyshyn, le jury a souligné les multiples facettes de sa pratique artistique : « Que ce soit des installations présentant des assemblages de mobilier et de décor qui déjouent les attentes du spectateur vis-à-vis la façon d'y pénétrer physiquement, ou des portraits photographiques ornés de graphiques publicitaires, l'oeuvre de Ken Lum se sert d'exemples connus dans le design commercial qu'il inscrit dans des situations défiant les limites du bon goût. Reconnaissant que la formation de l'identité est alimentée par les influences sociales et commerciales, Lum estompe les frontières entre l'esthétique traditionnelle et populaire dans le but de révéler les assises de notre pensée contemporaine. En plus de sa production artistique, Ken Lum a constamment mis au défi les préceptes du milieu de l'art établi en faisant des présentations publiques et en se consacrant à l'écriture et à l'enseignement. Il cherche en particulier à ouvrir le champ de l'art à des artistes non européens. En 2000, il était directeur fondateur de Yishu: Journal of Contemporary Chinese Art, et il a également entrepris des travaux de commissariat en Afrique, en Chine et aux Émirats arabes unis. Dans leur ensemble, les activités de Ken Lum constituent un engagement critique et actif avec le public quant à la nature de l'art, à son utilisation et à son accessibilité. »







< - RETOUR - >