« Le plus important n’est pas ce qu’on voit, mais ce qu’on imagine »

Léon Bellefleur


« (…) il commence d’abord à travailler ses fonds, s’intéressant davantage aux textures et à la densité du médium que lui offre l’acrylique. Ensuite, il se laisse guider par les résultats; une interaction s’amorce, l’œuvre suggère une piste, et le véritable travail commence. (…) Il se dégage du propos de Fulham une constante : le jeu entre les oppositions, les paradoxes. L’artiste aime travailler sur le fragile équilibre entre les volumes, les tons, ainsi que sur les sens possibles qu’offre l’association d’images. »

Robert Bernier,
Revue Parcours, printemps 2000





inspirant particulièrement de 3 artistes : Jean-Paul Riopelle, Jordi Bonet et Robert Rauschenberg, Richard a su fusionner ces influences pour développer une technique très personnelle qui est celle de la peinture-collage style libre.

Qu’est-ce que la peinture-collage style libre ?
C’est une technique qu’il a développée au fil des années utilisant un processus basé sur la liberté du geste. Aucun croquis ou dessin préparatoire n’est réalisé. Le but est de vivre une expérience artistique axée sur la liberté, le hasard et l’automatisme du geste.

Son style se caractérise par l’utilisation de peinture en aérosol ainsi que par des objets tri-dimentionnels qui seront utilisés comme pochoirs, ou intégrés dans de la résine, afin de créer de la texture. Par la suite, des images découpées, cartons, bijoux, bois ou encore l’utilisation de transferts d’images seront intégrés au tableau selon son inspiration. Le travail se fait, soit sur une toile ou une surface dure comme le masonite. Finalement, il utilise de la peinture acrylique liquide afin de remplir certains espaces ou pour souligner par une ligne, un détail.

Toute sa démarche s’appuie sur l’automatisme du geste, l’instinct et le hasard.