CHRONIQUE

Des entrevues avec nos artiste de la région, des rencontres culturelles et plus encore !

Par Julie Lambert, 20/10/2020

Deux amis derrière la création du Pub O’Callaghan

Avec un nouveau propriétaire à sa tête, le Pub O’Callaghan situé au coin des rues Augusta et du Prince devrait renaître en 2021. Derrière la création, il y a 16 ans, de l’établissement se trouvent des amis, Yannick Duchesneau et Sylvain Morissette, qui voulaient partager leurs passions.

C’est le 22 octobre 2004 que les deux amis se sont lancés dans l’aventure de gérer ce commerce, anciennement appelé la Taverne du coin, dans le but de partager leur amour pour les bières d’importation. Dès le début, les propriétaires souhaitaient innover en créant un pub de style irlandais où les amateurs de bières pourraient venir faire de belles découvertes.

« Nous avons fait la tournée de tous les établissements de Sorel-Tracy et autour, même jusqu’à Montréal, pendant près de deux mois pour nous inspirer. À l’époque, les microbrasseries n’étaient pas aussi développées qu’aujourd’hui. Nous voulions trouver ce que nous voulions offrir tout en étant complémentaires aux autres commerces locaux comme le Saint-Thomas qui offrait lui aussi de la bière d’importation. Après ça, nous avons décidé de nous spécialiser plus dans le scotch et la bière en fût », explique l’ancien copropriétaire jusqu’en 2011, Yannick Duchesneau.

Au départ, l’établissement devait se nommer le Pub Pierre-De Saurel en hommage à l’histoire patriotique de la région. Mais en faisant des recherches, les propriétaires ont constaté que ce nom était très utilisé.

Voulant se démarquer, ils ont arrêté leur choix sur celui du Pub O’Callaghan en l’honneur des patriotes, spécifiquement à Edmund Bailey O'Callaghan. Ce dernier était un patriote d'origine irlandaise et ancien député du comté de Yamaska qui avait reçu l'aide importante de Louis-Joseph Papineau.

Une vocation musicale et familiale

Si le Pub O’Callaghan est connu aujourd’hui pour avoir accueilli de nombreux artistes québécois et locaux, rien ne laissait présager que cette vocation s’ajouterait à sa liste, mentionne Sylvain Morissette.

« Nous avions envie d’avoir un groupe pour fêter la Saint-Patrick puisque nous étions un pub irlandais, se remémore-t-il. On a booké un groupe et cela a eu un effet boule de neige. Nous avons eu beaucoup de gens. Après ça, nous avons présenté les vendredis 5 à 7 qui étaient encore présentés à la fermeture du pub en raison de la pandémie. »

Yannick Duchesneau et Sylvain Morissette sourient à la seule évocation de leurs souvenirs. Ils se rappellent avec nostalgie cette époque alors que de nombreux artistes sont passés entre les murs de l’établissement au cours des années suivantes.

Les Dales Hawerchuk, Cœur de pirate, Mara Tremblay ou Bernard Adamus ont offert des prestations mémorables sur cette scène lors de leurs débuts tout comme des artistes de la région tels que Marie-Pierre Gamache, Antoine Lachance ou Charles Robert.

« À l’époque, on amenait les artistes manger à la maison. Nous n’étions pas un gros diffuseur de spectacles. On aimait cette ambiance qui ressemblait beaucoup à celle d’une grande famille. Je pense d’ailleurs que c’est ce qui caractérise cet endroit. Tout le monde se côtoie, que tu sois un avocat ou un étudiant, cela n’a aucune importance. Les gens se parlent et profitent de la soirée. On a vraiment eu de très belles soirées. Je me rappelle encore d’avoir rempli la rue du Prince lors de l’ancien festival Sorel en fête grâce à nos spectacles », mentionne M. Duchesneau.

L’aventure du Pub O’Callaghan, c’était aussi une histoire de famille, raconte en riant M. Morissette. Ayant débuté assis sur les genoux de leurs parents, ses enfants ont également eux-mêmes travaillé dans le commerce puisqu’ils en ont de bons souvenirs.

Pour les deux amis, les prochains mois seront déterminants pour la survie de tous les établissements de ce type au Québec en raison de la pandémie. Ils croient en la pérennité du Pub O’Callaghan, mais surtout en l’utilité d’un tel établissement dans le paysage sorelois.

« Nous avons toujours trouvé important de laisser une place importante aux artistes locaux. Il n’y a presque plus de salles de spectacles pour se faire connaître dans la région. Nous sommes contents que le nouveau propriétaire, tout comme les anciens, ait à cœur de préserver cet esprit et on lui souhaite bien du succès. On sera les premiers à aller profiter de l’établissement lorsque ses portes rouvriront en espérant que la situation ne perdura pas », conclut l’actuel propriétaire de la Taverne du pont, Yannick Duchesneau.

Retour

Cette page a été lue 483 fois.